Forum - Le Monde du Slash

Un espace de discussion pour les adeptes du slash sous toutes ses formes

Attention ! Les personnages utilisés dans nos fanfictions ne nous appartiennent pas, ils sont la propriété de leurs auteurs respectifs. De plus, nous ne connaissons pas les personnages réellement existants et nous n'avons aucune prétention à raconter leur vie privée : c'est de la pure fiction, rien de ceci ne doit être considéré comme vrai ! Enfin, qu'il soit bien clair qu'aucune fanfiction n'est publiée dans un but lucratif, nous n'en tirons aucun profit.


Les dernières news du Monde du Slash !

Pas de news actuellement

Nous sommes le 09 Avr 2020 03:04

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 7 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: [Finie] La vie « kotinue » || G
MessagePosté: 04 Déc 2010 21:30 
Hors ligne
Pas encore atteint(e)... mais presque
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 07 Juin 2009 19:41
Messages: 1257
Localisation: Dårlig Ulv Stranden
J'ai en tête, depuis un moment, un projet qui mettrait en parallèle plusieurs petites histoires qui se dérouleraient au sein d'un kot* mais je ne peux rien proposer tant que ce n'est pas fini et ficelé. Ca me frustre un peu, alors j'ai repris brièvement deux des personnages pour en faire une fiction, un drabble sans prétention. Une réflexion sur le temps qui passe et un constat qui s'impose à moi tout doucement, alors que je finis mes études. ;)

Mais qu'est-ce qu'un kot ? Un kot, en Belgique, est un studio, une chambre dans lequel s'installe un étudiant qui souhaite entreprendre des études supérieures dans une ville. De la même façon, des cokotteurs sont des gens qui vivent ensemble, dans un même kot.

Enfin, le peket est une spécialisé Belge, un alcool sucré et parfumé à beaucoup de goût (violette, cerise, pomme, cactus...)

Voilà pour les petites particularités bien Belges de ce texte ;)

♣♣♣♣♣

Ce moment fait partie de ceux que tu imagines à deux ou trois reprises, lors d’une soirée solitaire d’hiver ou à l’aube d’un rayon de soleil, le regard fuyant le cours d’Allemand juridique par la fenêtre qui, comble du hasard, donne sur l’arbre sous lequel se déroule la plupart de tes déjeuners. En réalité, si tu étais, imaginons, le héros d’une série ou d’un clip vidéo, la musique profiterait généralement de ce dramatique instant pour démarrer, guitares et claviers à la clé.

Oui, aujourd’hui est le genre de moment que tu imagines, que tu te représentes avec la larme à l’œil ou l’impatience chevillée aux méninges. Cinq longues années d’étude, choisies un peu au hasard à la sortie du lycée : cinq années de droit, puis tout le reste de travers dirait l’autre. Avocat te semblait être un métier attractif, agréable. Peut-être as-tu simplement trop regardé Ally McBeal en te projetant, toi, grand dirigeant d’un cabinet spécialisé en droit fiscal, la cravate à cent-dix euros épinglée et entonnant « Let’s the music play » de Barry White entre deux dossiers. Ca, c’était la fiction. Maintenant, la réalité craint un peu plus que ce que tu n’imaginais. Les cours terminent en juin, tu recevras ton diplôme en juillet et serreras les mains moites d’une rangée de dix éminents et détestables professeurs. Non, vraiment les enfants : brûlez Ally McBeal.

Se projeter n’est jamais bon. Que vous ayez dix ans et des plans de carrière aussi foireux que vétérinaire au Brésil ou artiste à New York ou vingt-trois et déjà la nostalgie de votre adolescence, des plus belles années de votre jeunesse écoulée dans un vingt mètres carrés, ce n’est jamais bon.

Tout d’abord, comment peut-on, très honnêtement accumuler autant de désordre dans un si petit espace ? Empaquetant tes effets personnels, tu poses la main sur un chapitre de droit Européen. Souviens-toi : celui-là même qui te manquait, en deuxième candidature, la veille de ton examen. Puis, des photos, beaucoup de photos. Ce n’est pas bon, vraiment pas bon. Les gens devraient, au fur et à mesure, détruire ces souvenirs. Plus de beuveries, d’anniversaires, de célébrations, de Nouvel An ou de restaurants entre amis. Les visages parfois un peu jaunis et jeunes défilent au grès du tas que tu détailles, traces de punaises et d’épingles en supplément. Elles garnissaient autrefois les murs verts et écaillés de ton kot : elles agoniseront maintenant dans une boîte à chaussure sous le lit ou au grenier.

Tu peux toujours rêver, imaginer cet instant. Toi, étudiant en première année, à l’aube seulement de cette vie folle, ne peut concevoir une seule seconde le sentiment de vide que t’apportera ce jour maudis de juin – ou de juillet, si tu es un peu chanceux – où tu devras plier bagages et déployer tes ailes de moineau atrophié. Tu as dix-huit ans, tu maudis le ciel d’avoir inventé l’Allemand juridique et tu te doutes que tu seras triste, un peu décontenancé. Tu n’imagines même pas la nostalgie qui te prendra au corps en retrouvant, par exemple, cette photo où ton cokotteur a posé un baiser sur ta joue, les yeux imbibés de tequila lors de tes vingt ans.

Tous ces moments, ils se sont envolés pour de bon, les salauds. Tu imaginais avoir le temps de te retourner, de les contempler une dernière fois mais ils sont loin, déjà trop loin. Et toi, tu n'as pas le temps pour ça : toi comme tes neuf sacs, quatre cartons doivent déguerpir avant demain midi, dernier délai.

A cette heure avancée de l'après-midi, tout ce qu’il te reste à faire est de rabattre les volets de ce dernier carton sur lequel tu inscris hâtivement « Fragile » au marqueur indélébile. Cool. Voilà. Le frigo, à revérifier, peut-être ? Check, il est vide. Il a toujours été vide de toute façon, sauf pour un pack de bières, une plaquette de chocolat et deux pots de sauce à Tortillas format "Giga". Périmés, évidemment, les pots. Qui a réellement besoin de deux kilos de salsa piquante, très honnêtement ?

Tu pourrais encore poser la main sur la fenêtre, t’assurer qu’elle est bel et bien fermée. Tu pourrais, oui, mais ce serait la huitième fois de suite. Alors non, tu te dis que c’est ainsi, fini et qu’il ne faut pas traîner en longueur. A moins que, ah oui, peut-être sous le lit. Non, rien. Des moutons de poussières, et la brève sensation, l’envie furtive de revoir les yeux marron de ta pote du quatrième étage qui s’y était planquée pour te faire une surprise. Quoi, vraiment, cela n’arrivera plus jamais ? A la naissance, il devait y avoir une clause qui assurait que le temps filerait toujours trop vite. T’as pas dû la lire et ça t’énerve un peu parce que, du coup, tu te sens con et horriblement seul.

Ouais, tu t’es projeté... Bravo gamin ! Mais celle-là, cette oppressante tristesse, tu ne l’as pas vu venir. Encore moins le départ, la séparation avec David, celui qui a partagé ton taudis et ton pack de bières, ses copines et ses cuites, ses gueules de bois et des cours de rattrapage en néerlandais. Tout à coup, tu regrettes vos disputes, les conflits sur les courses, la vaisselle, tes gueulantes parce qu’il a, un jour, paumé le trousseau de clés du kot. De pas avoir prit le temps de parler plus, de discuter avec lui, de passer du temps à ne rien faire sinon mater la TV ou rêvasser, une bouteille de peket violette entre vous deux. Tu regrettes de ne pas avoir vu l'impensable venir. Oui, vingt mètres carrés, ça décuple les sentiments, dit-on. Tu as repoussé l’échéance, tes confidences et ton aveu maladroit à celui qui t’est resté fidèle cinq années durant.

Tu as tellement postposé les choses que cela te semble inutile, aujourd’hui, de commencer une histoire. Ne pourrais-tu pas laisser les souvenirs intacts, l’amitié que vous baptisiez d'indéfectible par l'audace de vos vingt-ans et par l'ignorance du sens de ce mot ? Oui, indéfectible, ça claquait, ça sonnait positif et donc sûrement pas trop loin de la vérité. Tu pourrais être sage, la laisser s’évanouir doucement, sous le coup de la distance, de la vie active et de la vie qui vous change ? Ce serait beau à raconter plus tard.

Non, tu ne peux pas. Parce qu’au moment où tu ouvres la porte pour te débarrasser du premier carton, il est là. Il a les yeux un peu humides de voir la pièce si vide, si nue, débarrassée de ces posters et des résumés épinglés dans la cuisine, au-dessus de l’étagère qui accueillait autrefois vos céréales préférées et la bouteille de lait.
Il a mit ses petites lunettes rectangulaires, noires, qui le vieillissent. Tu n’as jamais osé lui dire, en réalité, et ce n’est pas vraiment le jour pour rattraper ce méfait. Ses cheveux sont plaqués en arrière, battus par le vent qui fait rage dehors. Allez, avoue : tu es dingue de lui. Et toujours aussi convaincu que ce n’est pas le moment, n’est-ce pas ?

Quand il t’attrape le bras pour te dissuader de prendre ce carton qui patiente à tes pieds, tu relèves doucement la tête et acquiesce, la gorge nouée quand il te propose un « dernier verre » au café du coin, celui que vous squattez depuis le début de cette colocation. Il renchérit : un spaghetti bolo’, peut-être même ? Celui de Mario est tellement bon que tu n’en trouveras plus de pareil dans ton coin perdu, assure-t-il.

Aujourd’hui n’est pas un jour ordinaire. Tu t’es toujours projeté : vie, étude, boulot, avenir. Et si, pour une fois, tu voyais simplement venir ? Les dents mordillant cette infortunée lèvre tremblante, tu toussotes :
- Au fait, faudrait que j’te parle d’un truc…

Il sourit, il a compris. Regards de connivence, baiser emporté dans l’encadrement de la porte, caresses au bistrot dont les murs suintent les souvenirs, ce n’était pas prévu dans le plan. Et c’est très bien comme ça.

Sous le soleil mourant de juin, dans la voiture chargée de tes paquets, tu le regardes s’installer sur le siège passager et dresser le programme de ces six prochains mois. Un cinéma par-ci, un week-end à Bruxelles par-là. Oui, oui, continue David, ne t’arrête pas. D’accord, vous vivrez chez vos parents quelques mois et ce ne sera pas simple, mais alors ?

La vie kotinue, autrement. Et rien d’autre n’a d’importance, n'est-ce pas ?

♣♣♣♣♣

Voilà pour ce texte un peu spontané et décousu qui avait le mérite de m'occuper ce samedi soir. :oops:

_________________
Kami 2.0 || «Il ne faut jamais faire de littérature, il faut écrire et ce n'est pas pareil.» C. Bobin

Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: La vie « kotinue » || G
MessagePosté: 05 Déc 2010 01:41 
Hors ligne
Slash ou non, telle est la question...
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 13 Aoû 2010 20:11
Messages: 939
Localisation: - In the Hearth of London -
L'atmosphere de ta fic est vraiment triste, au début en tout cas. Et cette point de bonheur à la fin.. et bien elle réchauffe le coeur!

Je comprends - et connais- bien cette angoisse qui nous saisit quand on réalise que ce temps là est fini, révolu.. Que finalement on l'a toujours su, mais que le jour J et bien on peut pas l'admettre. C'est fou comme le son résonne dans une pièce vide. Vidée de ses meubles et souvenirs. C'est angoissant.

Ton texte est tout simplement touchant. Il n'y a rien de dramatique -littéralement parlant- dans cette situation, mais ta fic nous saisit aux tripes le temps de la lecture!

Bravo Kami :bravo:

_________________
Image

¤ ° ° ¤ ° ° ¤° ° ¤ ° ° ¤ ° ° ¤° ° ¤ ° ° ¤ ° ° ¤ ° ° ¤ ° ° ¤ ° ° ¤ ° ° ¤° ° ¤ ° ° ¤ ° ° ¤° ° ¤ ° ° ¤ ° ° ¤ ° ° ¤
Obviously, I'm in ♥ with Sherlock of the bbc!!
Most people blunder around this city and all they see are streets and shops and cars;
walk with Sherlock Holmes, you see the battlefield . .


Dernière édition par EbenE le 05 Déc 2010 16:50, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: La vie « kotinue » || G
MessagePosté: 05 Déc 2010 10:33 
Hors ligne
Ouh là... ça commence à devenir grave !
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 06 Mai 2010 12:45
Messages: 3655
Localisation: mon coeur, lui, est toujours à Londres en tout cas
:bravo: :bravo:

C'est vraiment très beau.

Au début c'est très nostalgique, tout comme toi j'aime vraiment beaucoup ces réflexions sur le temps qui passe, même si c'est jamais particulièrement réjouissant. Et puis la fin est vraiment très belle.
C'est intense et comme toujours très bien écrit, un vrai plaisir à lire.

_________________
Image Image

"When I'm not writing, I'm dying" Neil Diamond

"Reading is one of the joys of life and once you begin, you cannot stop." Benedict Cumberbatch


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: La vie « kotinue » || G
MessagePosté: 07 Déc 2010 20:37 
Hors ligne
Pas encore atteint(e)... mais presque
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 07 Juin 2009 19:41
Messages: 1257
Localisation: Dårlig Ulv Stranden
EbenE > Je suis une amatrice des fics tristounettes, même si je m'efforce de mettre un peu d'espoir. :lol:
C'est un sujet que j'édore exploiter : le temps qui passe, les périodes qui se suivent et les époques qui se terminent. Je suis un peu dans le cas en ce moment et toutes ces observations, ces angoisses m'inspirent pas mal pour la fic qui va naître autour de ce petit essai.

Il n'y a rien de dramatique, c'est vrai, mais ce sont des petits chagrins qu'on connait tous, je crois ^^

Merci beaucoup en tout cas !

Glasgow > Oui, le temps qui passe est quelque chose que j'adore aborder : on s'y retrouve tous,
à peu près. Ce n'est pas réjouissant, certes, mais c'est la vie. :D

Merci beaucoup pour tes compliments et tes encouragements, c'est toujours un grand plaisir de les lire. Merci !

_________________
Kami 2.0 || «Il ne faut jamais faire de littérature, il faut écrire et ce n'est pas pareil.» C. Bobin

Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: La vie « kotinue » || G
MessagePosté: 29 Déc 2010 11:58 
Hors ligne
Pas encore atteint(e)... mais presque
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 22 Déc 2010 10:57
Messages: 1241
c'est vraiment très beau :bravo: :bravo:


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: La vie « kotinue » || G
MessagePosté: 09 Juin 2012 15:28 
Hors ligne
Le slash, kesako ?
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 08 Juin 2012 15:57
Messages: 9
J'aime beaucoup le début, personnellement , et toute la partie où tu parles des souvenirs de ton personnage principal, et de cette façon qu'il a de croire qu'il passe à côté de sa vie. Passer à côté de sa vie, c'est un des plus beaux sujets que l'on puisse choisir pour écrire à son propos, je pense. Voir sa jeunesse défiler, avoir l'impression que tout s'est passé trop vite. Qu'on a loupé plein de choses, trop de choses. En fait, ta fiction, c'est un peu une histoire sur le temps qui passe, non ? Et la fin ce serait arrêter le temps, faire pause sur le film, arrêt. Elle est très jolie cette fin d'ailleurs, mais je crois que finalement, j'aurais encore mieux aimé le voir partir sans rien dire à David. :D


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: La vie « kotinue » || G
MessagePosté: 15 Juin 2012 14:50 
Hors ligne
Mais euh... kesk'ils font ces deux-là ?
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Juil 2010 17:54
Messages: 396
Localisation: bloquée dans un vortex spatio-temporel
J'ai vraiment aimé.
On se projecte vraiment dans ces sentiments et etats d'ame. (le pire c'est que c'est tout a fait ça quand on quitte, un endroit, des amis, pour ne plus revenir. bouahhhhhh c'est trop triste)
Bref c'est très bien écrit, c'est très beau Et l'atmosphere est juste whaou
Je me sens nostalique tout un coup.

_________________
Image


Ce qui m'étonne, c'est que tout le monde n'écrive pas. - M. Duras


Salut et liberté
x


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 7 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages


Rechercher:
Aller à:  
cron
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com