Forum - Le Monde du Slash

Un espace de discussion pour les adeptes du slash sous toutes ses formes

Attention ! Les personnages utilisés dans nos fanfictions ne nous appartiennent pas, ils sont la propriété de leurs auteurs respectifs. De plus, nous ne connaissons pas les personnages réellement existants et nous n'avons aucune prétention à raconter leur vie privée : c'est de la pure fiction, rien de ceci ne doit être considéré comme vrai ! Enfin, qu'il soit bien clair qu'aucune fanfiction n'est publiée dans un but lucratif, nous n'en tirons aucun profit.


Les dernières news du Monde du Slash !

Pas de news actuellement

Nous sommes le 09 Avr 2020 02:20

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 14 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Complemplatrice PG - fincs yuri-
MessagePosté: 26 Nov 2006 12:38 
Hors ligne
Le slash, kesako ?
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 15 Juil 2005 16:54
Messages: 88
Localisation: Espagne
Latifa

Latifa est une sorte d’ange descendu du ciel pour remplir d’honneur le nom des Zougam. Car si on comptait sur Farid et Youssef…

Latifa aime les maths. Elle est forte pour découvrir le moyen de résoudre un problème. Elle ne dédaigne pas non plus le français. Latifa est sage. Latifa lit beaucoup. Elle respecte sa religion, porte de voile, et lit même le Coran parfois. Ces parents en sont très fiers.

Jamila, Zhora et Khadîdja sont les amies de Latifa et ne sont pas des anges. Elles trouvent son amie bizarre un peu trop fifille, trop timide. Elles ne sont pas jalouses, malgré, ses bonnes notes. Car lorsqu’on cause gars ou sorties ou beauté, Latifa se tait et écoute.
Le seul beau mec qu’elle connaisse intimement c’est Rimbaud.

Youssef a un ami beau gosse et draguer. Cet ami est fou de Latifa et elle le sait. Ça lui fait un peu peur. Elle n’aime pas l’idée de sortir avec ce garçon fort et macho, beaucoup moins de sentir ses doigts dans sa taille. Elle ne comprends pas ce qu’il a de si intéressant a fricotter avec se genre de brutes comme le font ses amies.

Latifa n’est pas coquette mais elle se regarder au miroir souvent, surtout le visage. Elle aime bien ses yeux noirs et sa peau brune. Mais souvent il lui arrive de se demander comme se serait d’avoir les yeux bleus ou verts et des taches de rousseur. Latifa se dit qu’elle doit être fier de son air algérien mais elle ne peu s’empêcher d’admirer les belles blondes.

Elle aime les filles comme ça, Cameron Diaz par exemple. Latifa n’en connais pas beaucoup, il y a Camille Anne 2de, Pamela Jaule 3eme et puis Myr.

Myr s’appelle Myrtille et c'est une fille de sa classe. Elle est blonde et a les yeux verts. Les cheveux de Myr ont la couleur de la paille et sa texture, elle porte toujours les mêmes t-shirts avec des logos débiles et ne marche jamais droite. Ses yeux sont vert mais tojours rouges. Elle a une beauté ‘un peu gauche’ comme dirait Maupassant, et se maquille mal. Latifa la trouve jolie.

Myrtille n’est jamais seule, c’est normal, elle connaît Francine. Francine est le non plus ultra des pimbêches avec complexe de top model. Elle allume tous les gars de la classe, mais Latifa la trouve trop prétentieuse et pas assez maigre. Myr est une des lâches-bottes de Francine et c’est le seul truc que Latifa n’aime pas chez cette fille. Cela ne lui empêche pas de la regarder.

Latifa regarde souvent Myr sans savoir vraiment pourquoi. Elle aime sa façon d’écraser doucement son petit nez contre le livre lors des cours de français, ou sa façon de balancer ses cheveux comme un chien. Un de ces chiens grands doux et blonds des familles américaines qu’on voit a la télé.

Ses yeux glissent vers le troisième rang ou la blonde somnole ou mange ses ongles. C’est plus fort qu’elle. Il lui arrive aussi de la regarder dans la cantine, dans le gymnase et dans la cours.
Elle la regarde longtemps aussi longtemps qu’elle peut. Jusqu’à ce que Myrtille rencontre son regard. Là elle baisse les yeux ou les détournes. Et elle rougit...

à suivre

_________________
'' Ferme tes yeux, faint que tu dors, ainsi, je pourrais peut-etre te parler...''


Dernière édition par atalanta le 25 Mar 2007 19:14, édité 2 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 07 Déc 2006 22:04 
Hors ligne
Mais euh... kesk'ils font ces deux-là ?
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 22 Aoû 2006 17:37
Messages: 249
J'aime beaucoup c'est très tendre et très bien écrit MAIS il faudrait que tu te relises et que tu te corriges ou que tu demandes de l'aide à une beta lectrice, qui pourra t'aider.

Il y a pas mal de fautes et il manque ds mots, ce qui peux gêner la compréhension. Mis à part ça, j'attends la suite avec IMPATIENCE!!!!

_________________
Lili, sympathisante de l'Alliance des Sadiques
Faire plaisir aux doudous, c'est bien. Les torturer, c'est MIEUX!!!!


A cheval sur ma bulle, je passe au dessus de mes rêves avant de me noyer dans la flaque poisseuse des réalités.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 24 Mar 2007 20:09 
Hors ligne
Le slash, kesako ?
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 15 Juil 2005 16:54
Messages: 88
Localisation: Espagne
Voilá, deuxieme chapitre, merci beaucoup a Lili pour la review. Ah, oui, et je cherche une beta pour cette fincs. Si quelqu'un peut le faire je serait très reconnaissante.

Myrtille

Le soleil brille dans les rues et Myrtille aime bien cela, comme ça ses cheveux ont l’air bien plus blonds. Et un peu beaux. Ses pas sonnent près fort dans le béton de la rue c’est pour ça qu’elle aime bien porter des gros tennis.

La jeune fille regarde les magasins, elle sourit. Et elle pense. À des trucs bizarre. Elle imagine ce que va faire cette fille grande et arabe qui paie une baguette en sortant du magasin ou se demande si conduire une moto est compliqué.

Penser à ces choses là c’est bien et facile. Puis, c’est pratique pour oublier ce que Nana lui a dit vendredi ‘Tu es une gamine, je veux dire pour les gars.’ Nul. Et faux. En tout cas elle espère, elle espère très fort.

Myr n’as pas d’amoureux, de bonnes notes et elle n’a pas des fringues qui soient vraiment bien. Alors elle se contente de porter des jeans et des blousons de rappeur, elle essai d’avoir la moyenne en maths et français et de bien s’entendre avec sa mère. Et pour l’amour elle verra bien. Elle s’en fout en peut. Mais elle peut pas le dire car a quinze ans sa fait immature. Alors elle ne dit rien.

Myrtille sait que les gars ne la regardent pas car elle ne se maquille pas très bien et parce qu’elle n’écoute pas de rock, ni de pop et elle passe ses après midi a écouter du Renaud, Claude François et des fois Mecano. Elle devrait faire des efforts et écouter au moins une fois ‘Ma France à moi’ ou se peigner mieux, mais elle a trop la flemme. Pour faire ce genre de trucs il faut naître avec des qualités spéciales, comme celles de Francine ou de Nana. Des qualités pour être une vraie fille féminine et tout et tout.

Myrtille n’as pas de frère, ni de père, ni de chien mâle. C’est peut-être pour cela qu’elle trouve les hommes cons, et dangereux.

Il y a Le Beur bien sur, le petit ami de sa mère. Mais c’est différent avec Le Beur, c’est marrant ils se regardent et se disent des frases polies. ‘Bonjour’ ‘Bonsoir’ ‘Pardon est-ce que votre mère est là’. Ils se vouvoient et se parlent comme des ministres et pour elle c’est très commode. En plus Le Beur sa mère s’en fiche pas mal. Plus important que passer du temps avec sa fille et moins que le boulot.

Donc, Myrtille se contente alors pas penser à l’amour.

Cependant, avant de clore le thème Myrtille regarde à nouveau la fille arabe et sa baguette et pense à une autre arabe qui a des grands yeux et qui la regarde.

Latifa est jolie et très intello. Myr aimerait savoir pourquoi cette fille la regarde, elle y pense beaucoup mais ne trouve pas. Peut-être elle voudrait être son amie et n’ose pas lui approcher. En tout cas c’est pas elle qui ira se plaindre.

Que quelqu’un la regarde autant c’est flatteur, parce que Myrtille voit bien que les regards de Latifa son admiratifs. La preuve, elle rougit à tous les cous lorsque ses regards se rencontrent. Marrant. Très. Des fois elle rit lorsque Latifa devient rouge.

Myrtille s’est arrête devant le Monop. ‘Ouais, c’est vraie elle a l’air gentille Latifa. Un jour je lui parlerais’

Elle se dit aussi que se serait bien savoir pourquoi la brunette la regarde entre équations et Stendhal.

_________________
'' Ferme tes yeux, faint que tu dors, ainsi, je pourrais peut-etre te parler...''


Dernière édition par atalanta le 25 Mar 2007 19:38, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 25 Mar 2007 13:13 
Hors ligne
Le slash, kesako ?
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Fév 2007 12:30
Messages: 73
Localisation: Quelque part entre ici et là bas
J'aime beaucoup... La partie de Latifa plus que celle de Myrtille.

Malgrés les fautes, ça reste quand même pas mal à lire.

J'ai hate de lire la suite!! Si suite il y a...

_________________
"L'Histoire n'est pas un simple exercice de mémoire, c'est une aventure" (Série connue)

"L'Archéologie n'est pas une simple science, c'est l'art et la manière de se tordre les chevilles" (celle-là est de moi...)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 03 Avr 2007 20:49 
Hors ligne
Le slash, kesako ?
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 15 Juil 2005 16:54
Messages: 88
Localisation: Espagne
Troisième chapitre posté. Merci Enyo pour ton commentaire. Myrtille et Latifa sont très differentes, c'est vrai queLatifa est plus charmante. Heureuse que ça t'ai plu.

Petite demande: Siouplé, siouplé, siouplééééé j'ai besoin d'une beta pour les fautes d'orthographe.

La voix de Myrtille

La chambre est vide. Il a un bureau en bois avec une lampe, une armoire, quelques livres et des peluches dans le sol. Il y a un deux lit et sur celui de devant la porte il y a Latifa qui ne bouge pas depuis un moment.

Devant ses yeux il a une masse blanche forme par la couleur du plancher. Latifa respire doucement. Elle rêvasse, elle pense à ce qu’elle aurait du faire pour paraître intelligente, intéressante, branchée. À ce qu’elle n’a pas fait.

Latifa semble très calme mais son coeur bat fort et une boule d’émotion est dans sa gorge. La jeune fille a l'impulse de se mettre à courir, à sauter ou à chanter une chanson a tue-tête. Mais ses membres sont lourds.

Et de toutes façons elle ne sait pas si elle est contente ou pas. Parce qu’il ne lui est arrivé pas quelque chose d’aussi impressionnante. Ou au moins elle essait de le croire.

Aujourd’hui Myrtille lui à parlé.

Mais pas pour la saluer par politesse pour lui emprunter la colle. Non, Myrtille Goutte lui a vraiment parle. Elle s’est avancée vers les casiers où Latifa rangeait ses livres. Elle balança un peu ses cheveux laids et blonds et lui dit salut.
Myr portait un T-shirt des Rolling Stones et marchait un peu courbée sous son cartable noir et très sale.

Dire qu’elles ont parle serait mal se servir de la langue française. Myr a fait des tirades plutôt, sur les devoirs, La Baylle d’EPS qu’elle a traité de putain, ‘Le Coronel Chabert’ qui doit être lu pour le vingt-trois mai. Latifa a écoute, cherchant désespérément quelque chose a dire. Mais elle s'est limité à hocher la tête.

En jettant ces cheveux bruns en arrière et souriant, elle aurait dû lui dire que c’était intéressant ou sinon hausser les épaules et dire qu’elle l’avait déjà lu.

Myrtille devait la prendre pour une idiote.

Latifa ferme les yeux. Elle ne voit que du blanc. Cela lui fait tourner un peu la tête. Et Latifa n’as plus envie de regarder le toit, ni de penser à Myr.

Elle saute du lit et se dit qu’au fond elle s’en fiche. Ce n’est pas pour cette fille, qui lui a parlé probablement parce qu’elle s’emmerdait, qu’elle aura des maux de tête. Une vague colère l’envahit.

Elle veut pas passer un après-midi se faire des fils que Myrtille lui à parle. Ni rougir à en mourir lorsque la blonde la regarde. C’est très con. Mais elle ne peut pas s’empêcher et elle s’en veut. Et aussi un peu à Myrtille.

D'avoir cet air de lutin, de Cosette et de venir lui parler, car Latifa aussi aurait aimé le faire mais elle n'a pas eut le courage. Elle l'admire et si les livres nous apprenent une chose c'est qu'admirer quequelqu'un ça tourne toujours mal.

Alors, on oublie, et on va manger quelque chose, et puis les devoirs l’occuperont bien.

Seulement, dans la cuisine des Zougam il y a un miroir, un grand miroir. Lorsque Latifa est passé devant elle s’est trouvée belle, avec ses cheveux détaches et les lèvres rouges parce qu’elle ne les avait pas ouverts depuis longtemps. Et malgré elle Latifa s’est dit qu’elle aurait aimé être aussi belle lorsque Myr lui parla.

À suivre...

Note ---> Oui, je sais un miroir dans la cuisine c'est un peu bizarre. Je vous prie alors de me pardonner.

_________________
'' Ferme tes yeux, faint que tu dors, ainsi, je pourrais peut-etre te parler...''


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 09 Avr 2007 13:12 
Hors ligne
Le slash, kesako ?
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Fév 2007 12:30
Messages: 73
Localisation: Quelque part entre ici et là bas
Peut-être "en passant dans le couloir pour aller à la cuisine elle croisa le grand miroir"...

J'ai toujours bien. Si tu veux, je suis partante pour te bêta lecter, mais je n'ai que peu de temps. Si tu continu à poster à ce rytme, ça sera parfait :P Envois-moi un MP, on en discutera...

_________________
"L'Histoire n'est pas un simple exercice de mémoire, c'est une aventure" (Série connue)

"L'Archéologie n'est pas une simple science, c'est l'art et la manière de se tordre les chevilles" (celle-là est de moi...)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 26 Mai 2007 21:50 
Hors ligne
Le slash, kesako ?
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 15 Juil 2005 16:54
Messages: 88
Localisation: Espagne
Gros remerciements a Enyo pour ses commentaires et surtout pour sa correction. J'éspère que


Elle sait des choses


Nana balança ses cheveux noirs et prit une autre mèche pour arracher les pointes fourchues. Myr la regardait.

« Il fait chaud.

- Ouais. »

Nana et Myr s’aimaient bien mais avaient du mal à se parler. S’il y avait de la musique ou des boissons ou des garçons ça allait, mais être seules dans une salle de permanence était difficile pour elles deux. Elles n’avaient pas de choses en commun. Elles avaient besoin de Francine.

« Tu sais, hier, je vais voir au Taty (1) et je trouve l’autre, là, Adrien il était avec Khadîdja… »

Il n’y avait vraiment pas d’autre solution. Il en fallait arriver là : aux petites rumeurs, aux petits secrets. Myr et Nana n’étaient pas méchantes mais elles devaient vraiment parler de quelque chose, surtout par principe parce que ne pas savoir quoi dire à l’une des ses meilleures amies était trop désespérant.

Et puis Myrtille se dit qu’en commençant par Khadîdja elles pourraient bien finir en parlant de Latifa.

« Ah, oui, Adrien ? Tiens, elle a bien cache son jeu non ? - Répliqua Myr en essayant de paraître intéressée.

- Oui, oui, tout le monde pensait qu’elle était avec Hamoudi.- Nana sourit, elle prit une nouvelle mèche de ses cheveux bouclés.- Il faut que je raconte à Francine.

- Mais ils faisaient quelque chose ? - Demanda la blonde même si on fond, elle s’en fichait.

- Ils étaient la main dans la main.- Annonça Nana en séparant bien les derniers mots.

- Ah, carrément, dans le Taty tout près de chez elle. Parce qu’elle habite par là Khadîdja non ?

- Mouais, je crois, elle vit juste en face du Babou, a Meulan, tous ses amis vivent par là en fait, Jamila, Zhora... »

Et Latifa aussi ? Mais les gens comme Nana ne parlaient pas de Latifa, elle est trop opaque, trop invisible. Cependant Myr pensait à cette fille. Elle y pensait avant même que la conversation ne commence. Dès le jour précédent.

Le silence commençait à devenir lourd, Myrtille prenant conscience qu’elle devait répondre.

« Zhora aussi!

- Ouais… Tu vois ? Et Zhora c’est bien connu qu’elle pourrait tout raconter à Hamoudi, c’est son meilleur ami.

- Alors elle est dans la merde Khadîdja.- Et Myr essaya de sourire comme une petite salope.
- Légèrement oui. »

Elles sourirent. Et se turent. Elles n’avaient plus rien à se dire. Et cherchèrent un nouveau sujet à aborder. Enfin, Nana en cherchait un. Myrtille, elle, voulait dire quelque chose, mais elle n’osait pas, quelque chose sur Latifa.

Nana sourit et balança ses cheveux encore. Myr la regardait elle, puis ses cheveux, et le sol. Elle aurait aimé lui poser la question. Seulement elle n’osait pas. Il lui semblait que si elle le demandait Nana comprendrait tout, tout de suite.

« Latifa tu la trouves comment ? - Interrogea Myr rapidement, pour oublier vite et ne pas y penser. »

Myr sentit le monde s’écrouler à ces paroles mais Nana balançait ses cheveux encore et choisit une autre mèche.

« Elle est sympa.- répondit-elle.- Mais un peu timide je trouve. Mes parents connaissent les siens, ils sont marocains. Pourquoi ?

- Rien comme ça, hier je lui ai parlé.

- Mais…je pensais que tu n’aimais pas ce genre de filles. Je veux, dire, ce groupe, c’est toi qui l’as dit. »

Oui, Myrtille ne pouvait pas espérer que Nana n’aurait vu que du feu. Les filles comme Nana savaient toujours tout. La blonde ne savait plus ce qu’il fallait dire et Nana s’en étonnait. Tout à coup elle se rendit compte qu’elles étaient en train de parler d’un sujet sérieux pour Myr.

Latifa, était un sujet important pour Myr, et Nana ne savait pas pourquoi. Ce qu’elle savait c’était qu’elle venait de dire une bêtise.

« Ceci dit, Latifa elle n’est pas tellement semblable aux autres. Et en plus elle passe son temps à te regarder, tu as remarqué ? »

Lorsque Myrtille se mit à racler la table de ses ongles Nana comprit sa nervosité et pensa en avoir découvert la raison. C’était donc pour ça, parce que Latifa la regardait tout le temps.

Nana sourit.

« C’est pour ça que tu lui as parlé ? Parce qu’elle te regarde. – Nana rigola doucement.- Soit pas sotte, elle n’a rien contre toi. Tu ne lui as pas crié dessus au moins. La pauvre.

- Non.- répondit Myrtille gênée.

- Elle te regarde parce qu’elle te trouve belle.- Déclara la brune, avec l’assurance de ceux qui savent beaucoup de choses.

- Pardon ?

- C’est vrai elle me l’a dit. Il y a longtemps, comme ma mère fait parti du truc de femmes musulmanes et la sienne aussi j’étais chez elle. C’est normal aussi il y a plein de filles brunes qui aimeraient bien être blondes.- puis d’un air moins sérieux- Mais ce n’est pas mon cas, parce que je suis incroyablement belle, et je le sais, c’est bien connu. »

Nana fit une pose de star. Mais son amie ne sourit que longtemps après.

Myr pensait encore à Latifa. Qui selon Nana la trouvait belle.


(1): Taty, est un magasin de vetements bon marché.

_________________
'' Ferme tes yeux, faint que tu dors, ainsi, je pourrais peut-etre te parler...''


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 27 Mai 2007 10:48 
Hors ligne
Le slash, kesako ?
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Fév 2007 12:30
Messages: 73
Localisation: Quelque part entre ici et là bas
Mais de gros de rien, je suis très contente de l'avoir corrigé.

Je suppose que tu avais compris que j'aimais bien, j'hai en tout cas hate de savoir ce que sait Nana.

Bisous

_________________
"L'Histoire n'est pas un simple exercice de mémoire, c'est une aventure" (Série connue)

"L'Archéologie n'est pas une simple science, c'est l'art et la manière de se tordre les chevilles" (celle-là est de moi...)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 21 Sep 2007 03:27 
Hors ligne
Le slash, kesako ?
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 15 Juil 2005 16:54
Messages: 88
Localisation: Espagne
Voilá je suis revenue après une longue, longue absence avec un nouveau chapitre. Pour ne pas perdre les bonnes habitudes je remercie Enyo ma beta ainsi que tous ce qui lisent ce texte (la je me fait en beau film en croyant qu'il y quelqu'un qui le lit).

L'élastique

Latifa avait la tête un peu penchée et les jambes croisées. La nouvelle histoire d’amour de Khadîdja arrivait à ses oreilles comme des mots indistincts. Des ‘Oh ! Oui’ et des hochements de tête suffisaient à Khadîdja pour continuer. Latifa ne la regardait même pas, il a avait derrière elle quelque chose de plus intéressant.

Les pimbêches jouaient dans la fontaine avec Guy, Paul et Jonathan. Ils les attrapaient par les poignées et les mouillaient. Elles essayaient de se libérer, en poussant de faux cris.

Myr était trempée et trop occupée pour la voir. Latifa s’en réjouissait.

Latifa aimait pouvoir la regarder comme ça, au loin. Depuis qu’elle lui avait parlé ce n’était plus la même chose, impossible de la regarder en toute impunité… Elle remarqua que son amie s’était tue.

- Oh ! Vraiment ?

- Ouais, c’est de la merde… Je vais aux toilettes d’accord ?

Latifa opina.

D’accord, qu’elle y aille. Elle ne voulait que voir Myrtille qui maintenant pressait ses cheveux pour les sécher, la tête était renversée vers l’avant.

Myr leva le regard et il rencontra le sien.

Lorsqu’elle baissa le regard Myr commença à marcher. Latifa, gênée, regardait le sol en se demandant quand elle pourrait continuer son observation.

- Salut.- Dit Myrtille avec un petit sourire.

- Salut…- Prononça Latifa dans un souffle Les mots ne voulaient pas sortir de sa bouche. Elle aurait voulu que Khadîdja revienne immédiatement. Elle était plus sociable, Khadîdja…et moins terrifiée par cette blonde.

Latifa regardait Myr trempée, tellement trempée que ses cheveux blonds qui paraissaient bruns et dégoulinaient en laissant une marque d’eau dans le sol. Myrtille c’était mis à parler. Latifa le savait parce que ces lèvres bougeaient en tremblant un peu, de froid sûrement, mais elle n’écoutait pas les mots.

- Tu en as, Latifa ?

La question ne reçut pas de réponse de la part de Latifa. Toute réponse de sa part aurait forcement été une connerie alors c’était mieux de se taire et de regarder Myr, comme toujours. Les yeux de Myrtille étaient beaux et le fard a paupières les rendait profonds. Un excellent waterproof.

- Un truc pour les cheveux, tu n’en as pas ? - Maintenant c’était Myrtille qui paraissait un peu gênée.

Latifa sourit. Etre généreuse, être bonne, dévouée était son élément. Un truc pour les cheveux, elle en avait un, dans les cheveux justement. En allongeant le bras pour arriver jusqu'à sa main, comme une héroïne de romans de chevalerie, elle le donna à Myr.

- Ça fait te fait rien ? - Demanda Myrtille.

- Non.- Répondit trop vite Latifa

Myr pris l’élastique avec un sérieux admirable. Ça ne servait plus à attacher les cheveux, c’était devenu un drap avec les couleurs de la dame.

- Merci.

Pendant que Myrtille se faisait une queue de cheval elles se regardaient droits aux yeux. Loin, très loin de la ville, de la réalité.

- D’habitude je n’aime pas attacher mes cheveux, ça prend du temps et puis en fin de journée c’est de la merde et il a des fils qui partent partout. C’est chiant.

C’était peut-être le côté pratique de Myrtille, sont cote Tom Saywer qu’elle aimait. Cette façon de dire les choses claires et simples.

- Moi je trouve que ça te va bien. – Latifa, plus hardie que jamais mais elle ne trouvait pas ça mal.

- Ah, oui ?

- Oui, tu devrais les attacher plus souvent.

Myrtille toucha sa queue de cheval et leva les yeux au ciel, Latifa gloussa. Elles n’avaient pas vu Khadîdja jusqu'à ce qu’elle fut derrière Myrtille.

- Salut, Myrtille.

- Ah… Salut Khadîdja ! Et au revoir. – Myrtille sourit

- Elle était venue demander quelque chose.- Expliqua Latifa avant qu’on lui demande. Et elle regarda comment la queue de cheval blonde bougeait au loin.

_________________
'' Ferme tes yeux, faint que tu dors, ainsi, je pourrais peut-etre te parler...''


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 04 Nov 2007 16:45 
Hors ligne
Le slash, kesako ?
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Fév 2007 12:30
Messages: 73
Localisation: Quelque part entre ici et là bas
Oh non, moi je lis!! Je viens juste hyper rarement, pendant les vacances quoi :P

J'aime toujours autant, c'est court, c'est doucement tendre et ça fait un peu retomber dans les lointains souvenirs du secondaire...

Je te dirais bien que je suis prête à bêtalecter la suite, mais en fait c'est juste par ce que je veux savoir ce qu'il va se passer :D

A très vite j'espère

Bisous

_________________
"L'Histoire n'est pas un simple exercice de mémoire, c'est une aventure" (Série connue)

"L'Archéologie n'est pas une simple science, c'est l'art et la manière de se tordre les chevilles" (celle-là est de moi...)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Complemplatrice PG - fincs yuri-
MessagePosté: 02 Mai 2011 21:39 
Hors ligne
Le slash, kesako ?
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Avr 2011 21:31
Messages: 30
quel dommage je vois qu'il n'y a pas eu de suite depuis 2007, j'ai trouvé cette fic très mignonne en tout cas, merci à l'auteure !!!! :bravo: :D :ange:


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Complemplatrice PG - fincs yuri-
MessagePosté: 14 Avr 2012 00:11 
Hors ligne
Mais euh... kesk'ils font ces deux-là ?
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 11 Avr 2012 00:19
Messages: 499
Localisation: Entre le Ciel et la Terre
J'ai beaucoup aimé, c'est tout doux. Et ça m'a touché. :)

C'est vrai qu'il y a eu quelques petites fautes d'orthographes (rien de bien méchant), des mots manquants ou des mots en trop mais ça ne m'a pas empêché de comprendre et surtout d'apprécier.

En général les textes lesbiens me plombent (je parle de romans que j'ai lu, parce que c'est le premier écrit lesbien que je lis sur ce site :wink: ), mais celui-ci est touchant et fait appel à de bonnes impressions. De belles émotions. Je n'ai ni envie de me pendre ni envie de me plaindre et de me lamenter en disant "Aimer une femme c'est dangereux, je l'ai toujours dit !" :lol:

Je ne trouve pas que ce soit long, lent ou inintéressant par exemple, au contraire je trouve que c'est subtil. Aucun moment n'est "en trop" ou à rayer. Tout est à sa place, là où ça doit être.

C'est dommage que l'histoire soit arrêtée en cours de route, j'aurais beaucoup aimé connaître la suite.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Complemplatrice PG - fincs yuri-
MessagePosté: 19 Avr 2012 01:02 
Hors ligne
Le slash, kesako ?
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 15 Juil 2005 16:54
Messages: 88
Localisation: Espagne
Un jour, quand j'avais un age beaucoup moins avancé j'ai commence cette histoire. Par des raisons personelles je l'ai arretée mais les deux protagonistes sont restés dans ma tête. Depuis ma derniere publication bien de chose ont chance a commercer je suis sure par mon style même si j'ai essaye de capturer une ressemblance. Il y a quelques jour j'ai commence un femslash du film Tout ce qui brille et j'ai remarque que j'utilisée quelques elements pensés pour cette histoire. Alors j'ai eut envie de la terminer. J'espère que ça vous plaira.

La gloire ou presque


Myrtille est dans la lune quand elle prend le métro, elle s’assoit et colle le front à la vitre, même si c’est déguelasse après.
Elle pense a Latifa ou plutôt à elle-même par rapport à la brune, on pense toujours par rapport à soi surtout quand on a des moments comme ça, des moments de gloire. Ou presque. Sans arriver jusqu’à la gloire Myrtile était au moins sure d’avoir provoquée chez l’autre fille une grosse impression.

Latifa lui avait souri toute gênée, puis pour lui donner un élastique elle s’était lâchée les cheveux.

Marrant, car Latifa a des cheveux bouclés qui partent dans tous les sens des qu’on les lâché elle avait plus besoin de l’élastique mais c’est Myrtille qui l’a. Elle est gentille Latifa, même trop et maintenant c’est confirmé qu’elle la trouve belle, sinon n’aurait pas été intimidée, c’est Francine qui lui a dit un jour. Mais jamais avant elle en avait fait la constatation.

Faut dire qu’on ne l’avait pas beaucoup admiré, Myrtille fait des bêtises parfois, pas des grosses justes des trucs un peu pour provoques, Francine elle apprécie, elle-même n’oserait pas. Elle se demande que pense Latifa, si elle trouve ça gamin, en principe non, parce qu’elle était à court de mots et lui a donné un élastique en souriant. La blonde ne se rappelle pas qu’elle souriait comme une imbécile elle aussi.

Dans le métro on parle, Myrtille ne regarde pas autour d’elle mais les arrêts et puis les graffitis et le noir des tunnels. Ça lui va très bien car ses pensées vont très vite et elle s’imagine des choses avec Latifa, c’est bizarre d’être dans cet état.

Elle est heureuse et c’est logique, elle n’as pas une cours de filles et garçons pour l’admirer alors on fait comme on peut quand on n’aime personne puis il y a le facteur « je le savais bien ».

Le regard de Latifa l’intriguait. Nana lui avait pour Latifa par la suite et Myrtille avait réalisé que quelqu’un qui la regardait c’était excitant, comme quand elle avait remarqué, en cinquième, que Francine, qui avait déjà une petite réputation de fille cool voulait bien d’elle dans son petit groupe.

Ça commence à dater tout ça, mais Latifa non, c’est tout récent. Bizarre comme histoire, elle n’a raconté encore à personne.
Même Nana ne sait pas pour aujourd’hui, elles vont trouver ça louche les filles mais ça leur ressemble et c’est pas méchant, c’est juste un peu bête leur maturité a l’amour. Et après on prétend que les filles murissent plus vite, elle voit difficilement Jonathan gloussant comme ça. Il la traiterait surement de gouine si elle lui disait, comme Francine le fera surement mai pour rigoler.

Il n’y a pas de problème. Elle mentira bien sûr, jouera la détachée mais elle veut parler de Latifa, Myrtille sait difficilement se tenir quand quelque chose lui tient à cœur, et lui fait penser à la même vitesse que vient de passer devant elle son arrêt de métro.

N’importe, pour une fois il y aura un truc intéressant a part plus que leurs béguins imaginaires ou ces pelles roulées trop tôt pour être importantes. Elle leur racontera et si ne leur plait pas, elles n’ont qu’à se taire, d’abord car Myrtille est bizarre, elle l’a jamais caché, et puis parce que une fille bien veut être son amie ça mérite d’être entendu.

La blonde a un sourire presque maniaque quand elle descend du métro un arrêt trop loin. Ses cheveux sont détaches et elle porte un élastique rose dans la poignée.

_________________
'' Ferme tes yeux, faint que tu dors, ainsi, je pourrais peut-etre te parler...''


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Complemplatrice PG - fincs yuri-
MessagePosté: 12 Juin 2012 01:05 
Hors ligne
Mais euh... kesk'ils font ces deux-là ?
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 11 Avr 2012 00:19
Messages: 499
Localisation: Entre le Ciel et la Terre
Désolée de commenter que maintenant alors que tu as posté ce nouveau chapitre, il y a quelques temps maintenant.

C'est fini, fini ?

Il y a quelques petits problèmes de construction de phrase mais ce n'est pas dramatique. ça ne m'a pas empêchée de suivre et de comprendre. :wink:

C'est bizarre mais je suis incapable de dire si l'atmosphère de ce chapitre était joyeuse ou triste. C'était plus un mélange.
Elle est heureuse de se rendre compte de la réciprocité de ses sentiments, mais en même temps elle reste très lucide de ce que cela signifie, par rapport au regard des autres. ça donne une impression de bonheur empoisonné. Enfin, ce n'est que mon propre ressenti. :^^:

Merci pour cette suite :)

Et :bravo:

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 14 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages


Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com