Forum - Le Monde du Slash

Un espace de discussion pour les adeptes du slash sous toutes ses formes

Attention ! Les personnages utilisés dans nos fanfictions ne nous appartiennent pas, ils sont la propriété de leurs auteurs respectifs. De plus, nous ne connaissons pas les personnages réellement existants et nous n'avons aucune prétention à raconter leur vie privée : c'est de la pure fiction, rien de ceci ne doit être considéré comme vrai ! Enfin, qu'il soit bien clair qu'aucune fanfiction n'est publiée dans un but lucratif, nous n'en tirons aucun profit.


Les dernières news du Monde du Slash !

Pas de news actuellement

Nous sommes le 23 Juin 2018 17:01

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 43 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message:
MessagePosté: 30 Mai 2005 22:36 
Hors ligne
Mais euh... kesk'ils font ces deux-là ?
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Avr 2005 09:25
Messages: 281
Localisation: 78 Yvelines
Peu d'action et pas de slash... mais je veux toujours savoir :suite: !! lool
Et bien pour le moment, je comprend tout, c'est déja pas mal !! lol
Et tu écrie tjs aussi bien, j'aime ton style.
Ecrire la fin avnt le mileu ? Je connais cela trop bien, moi mes histoires.. manque tjs le milieu hélas ... ! lool

_________________
[Echelon]
Somwhere.. Lost.. in my mind... Helpp ! lol Ma conscience a fait une fugue.. !! Wanted (?!)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 31 Mai 2005 10:01 
Hors ligne
Pas encore atteint(e)... mais presque
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 18 Jan 2005 16:30
Messages: 2254
Waaoow ! Super cool ! J'adore comment tu écris !
Le Duel, l'humour bien caracteristique d'Obi-Wan....
J'adore !!

Vivement la Suite !!!

Ah, et juste une petit détail "Anny" c'est une bourde de la novélization, c'est "Ani" :wink:

_________________
Toutes mes fics ici : http://narya-stories.livejournal.com/

French RPS :
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 31 Mai 2005 13:44 
Hors ligne
Le slash, kesako ?

Inscription: 25 Mai 2005 19:00
Messages: 40
Narya a écrit:
Ah, et juste une petit détail "Anny" c'est une bourde de la novélization, c'est "Ani" :wink:

:oops:
Flûte de Flûte, je me disais bien aussi que c'était "Ani"...

Merci, je rattrape ça dans la suite.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 31 Mai 2005 18:44 
Hors ligne
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 17 Jan 2004 13:57
Messages: 11156
Localisation: ♫ J'ai longtemps cherché un paradis sur Terre... ♫
Argh !! Ta scène d'entraînement est mille fois mieux que la mienne !! (pour ma défense, j'ai toujours du mal avec les scènes d'action...) Tu as vraiment un style très agréable ! J'adore ! :D

:suite: :suite:

Cybelia.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 01 Juin 2005 12:32 
Hors ligne
Mais euh... kesk'ils font ces deux-là ?
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 03 Mar 2005 19:46
Messages: 378
Localisation: Dans ma tête
Citation:
La suite, toujours aussi bancale,


Si tu continues à te déprécier, on va se sentir obligé de t'envoyer un seigneur sith pour te torturer.

(Précise ton choix avant qu'on l'envoie :D )

La tension du combat a quelque chose d'aussi ennivrant qu'une scène plus chaude. C'est très slashy pas de souci. On n' pas l'impression d'avoir lu candy ou je ne sais quel série het. (Même plus capable de trouver un nom de livre qui ne soit pas slashy) Si ca peut te rassurer.

Cela dit j'ai quand même hate du "prochain tour" comme tu dis.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: suite et fin.
MessagePosté: 01 Juin 2005 18:46 
Hors ligne
Le slash, kesako ?

Inscription: 25 Mai 2005 19:00
Messages: 40
Merci pour vos compliments.
Je ne les mérite pas pourtant…
Voici tout de même la suite, le slash légèrement limoneux (mon tout premier, pardon) et la fin (enfin).
Je crois que si vous avez lu la novélisation, c’est plus compréhensible: juste avant que Obi-Wan ne soit désigné pour aller affronter Grievous sur Utapau, Anakin passe la nuit à méditer au temple (notez bien le « méditer ») …

Aube et méditations nocturnes.

La lame bleutée du sabre d’Anakin fendit l’air en sifflant tandis que le jeune Jedi déviait en nouveau tir de laser.
L’écran anti-explosion du casque de pilote qu’il portait occultait sa vue. Handicape mineur. Il n’avait pas besoin d’avoir recourt à ses yeux pour se déplacer dans l’espace familier du gymnase et suivre les mouvements de ses sept adversaires écarlates.
La position des petites sphères d’entraînement n’avait rien d’un mystère pour lui. Malgré la discrétion absolue avec laquelle leurs moteurs à propulsion fonctionnaient, il pouvait suivre le moindre de leurs mouvements. En se concentrant bien, il arrivait même à prévoir avec un temps d’avance le moment où leurs lasers de visée allaient tirer.
Autant d’avantages qui l’obligeaient à employer sept sphères quand une ou deux étaient habituellement de rigueur. Sans ce nombre, le challenge qui consistait à repousser les tirs à l’aide de la lame de son sabre laser n’aurait représenté aucun intérêt.
Cette activité était un grand classique de la formation Jedi. Aucun Padawan n’y coupait. C’était une façon comme une autre d’apprendre à affiner ses réflexes et sa concentration.
Les premières fois, cet exercice lui était apparu comme le comble de la stupidité. Pourquoi s’ennuyer à dévier les tirs dont l’abreuvaient les sphères quand on pouvait si facilement les trancher en deux d‘un coup de sabre? Il avait éprouvé une satisfaction indescriptible à voir leurs restes fumants s’écraser à ses pieds. Même la crise de nerfs qu’Obi-Wan avait piqué n’avait pas réussi à l’attrister.
Mais cette manœuvre futile s’était finalement révélée utile pour le détendre. Il s’y prêtait souvent avant de méditer.

Il aurait aimé être auprès de Padmé plutôt que dans ce gymnase creux. Juste pour entendre encore une fois la douce rumeur de sa respiration, pour sentir battre en elle son cœur si calme et son double, plus rapide.
Dormir? Il n ‘en était pas question. Ses paupières fermées ne s’ouvraient que sur ses hurlements. Il allait finir par la déstabiliser.
Dans son état, mieux valait, pour elle, passer une nuit au calme, sans que personne ne se réveille en sursaut à ses côtés.
Il fallait qu’il sache.
Il ne voulait qu’une chose: savoir si cette force, ce pouvoir de défier la mort, habitait son corps. Il doutait des paroles de Palpatine. Il était l’élu, celui qui devait amener l’équilibre dans la Force, le plus puissant des Jedi, mais…

Une brûlure au creux de ses reins lui arracha un cri. Il avait suffisamment baissé sa garde pour que l’un des tirs l’atteigne. Il étouffa un juron corellien, et jeta brutalement son casque à terre. La sphère se tenait légèrement au-dessus de lui, défiant la pesanteur. Elle aurait voulu le narguer qu’elle ne s’y serait pas pris autrement. Il fit passer son sabre dans sa main droite et tendit son bras libre vers elle. Il sentit la Force vibrer en lui, son esprit s’introduire dans les entrailles du petit dispositif…
La sphère d’entraînement explosa et il dut faire appel à toute sa concentration pour dévier les débris enflammés qui volèrent à travers toute la pièce.
Accaparé par ce petit cataclysme, les oreilles bourdonnantes, Anakin nota soudain la présence des sœurs de son défunt adversaire. Il sentit leurs circuits intégrés se compresser et eut à peine le temps de se demander comment il avait pu déclencher une telle réaction en chaîne.
Un bruit assourdissant, une lumière trop vive et le monde autour de lui cessa soudain d’exister.

***

Les yeux céruléens d’Anakin s’ouvrirent sur un univers de lumière. Une large baie vitrée découvrait un océan mouvant de speeders, projetant une lueur bleutée dans toute la pièce. Ersatz mécanique d’une vie grouillante.
Coruscant ne dormait jamais.
Le jeune homme se tordit légèrement à la recherche d’un peu plus de confort.
Il connaissait ce lit, il y avait déjà dormi une fois. Il aimait ses draps simples, la fermeté du matelas. Et comment oublier la nuit qu’il y avait passé?
Sept ans déjà. Il avait du mal à croire parfois qu’il avait eu un jour quinze ans. Et pourtant, il avait été cet adolescent suffisant et entêté, ce Padawan brillant et indiscipliné, qui n’avait rien trouvé de mieux que de mettre le feu à sa propre cellule d‘apprenti. Yoda avait reconnu qu’en plus de huit cents ans de vie, il n’avait jamais était témoin d’un pareil événement. À sa décharge, Anakin pouvait toujours avancer qu’il essayait simplement de mettre au point un nouveau système de propulsion pour R2-D2. Mais cet argument s’était avéré assez désuet quand Mace Windu s’était pris d’envie de le traquer dans tout le temple. Il n’aurait su dire comment il s’était retrouvé dans les étages réservés aux maîtres.
Il avait un problème plus urgent.
Mace était sur ses talons et les Padawans n’avaient théoriquement pas accès à ces étages. Il ne savait plus non plus en quelles circonstances, Obi-Wan lui avait dit où il habitait. La seule chose qui lui importait alors était que, réfugié dans ses appartements, il était enfin en sécurité. La porte refermée, il avait attendu en tremblant, mais Mace avait bel et bien semblé se souvenir de ce vieux principe Jedi qui voulait que la colère et la rancœur ne soient que des incarnations du côté obscur. Rien ne lui certifiait cependant que le maître Jedi ne l‘attendait pas au premier tournant. Et puis, il n’avait nul part où aller: il n’aurait jamais pensé que le mobilier simple et rustique des cellules d’apprenti puisse faire un si bon combustible.
Au bout d’un moment, ses craintes s’étaient calmées et il avait commencé à s’intéresser de plus près à l’endroit où il se trouvait. Il avait hésité. Ne s’était-il pas trompé? Sa mémoire ne l’avait-elle pas trahi?Tout lui semblait si étranger. La salon dans lequel il se trouvait n’était qu’un amalgame de formes obscures et mouvantes, sans repère. Il s’était approché de ce qui devait être la chambre et s’était arrêté sur le seuil de la pièce. Il n’avait pas eu besoin de laisser son regard s’habituer à la pénombre: une large baie vitrée s’ouvrait sur toutes les lumières de la vie nocturne de Coruscant, nimbant la pièce d’un étrange halo bleuté.
C’était bien son maître qui se trouvait dans le lit. Allongé sur le côté et pelotonné dans ses couvertures, tel un grand félin languissant.
Anakin avait envié son calme. La fatigue commençait à engourdir ses membres et chaque fibre de son corps n’aspirait qu’à la douceur d’une couche.
Ses réticences avaient cédé et il s’était résolument avancé vers le lit où reposait son maître.
Il s’était doucement glissé sous les couvertures et s’était rapproché du jeune homme. Pas assez pour le toucher, mais assez pour sentir sa présence. Il avait tellement envie de profiter de cette chaleur qui émanait de son corps. Il était assez proche pour discerner ses traits. Sa pâleur naturelle était encore accentuée par les ombres que la nuit et ses mèches en bataille jetaient sur son visage. Lui qui passait son temps à les recoiffer, il en aurait fait une maladie s’il avait été éveillé.
Obi-Wan lui avait semblé si jeune soudain. Son maître était toujours si posé et sarcastique qu’il oubliait parfois qu’il n’avait pas l’âge requis pour être son formateur.
Le sommeil l’avait surpris en plein songe, mettant fin à sa rêverie. Inconsciemment, dans la nuit, il s’était approché du corps de son maître jusqu’à le frôler.
En ouvrant les yeux à l‘aube, il avait été englouti par un regard incroyablement pers et outrageusement interloqué.
Obi-Wan venait manifestement de quitter les bras de Morphée, et n’avait pas semblé particulièrement apprécié d’être pris par surprise si tôt le matin.
En se reculant légèrement, Anakin avait tenté de balbutier une explication, à propos de R2, du feu, de Mace, mais Obi-Wan avait posé un doigt sur ses lèvres pour le faire taire.
« Je ne veux pas savoir ce que tu fais là, Anakin, mais si tu ne lèves pas le camp dans la seconde, je te jure que tu vas regretté d’être né. »
Il n’avait pas attendu cette nuit pour apprendre qu’Obi-Wan au réveil avait d’étonnantes affinités avec les Wookies atteints de rhumatismes.

« Anakin ».
Une main se posa sur son front. Fraîche. Apaisante. Chaleureuse.
Celle du seul être qui, en dehors de Padmé, pouvait se permettre une telle familiarité. Le propriétaire des yeux pers qui le fixait en ce moment, un soupçon d’inquiétude au fond des pupilles. Obi-Wan était assis au bord du lit, les cheveux emmêlés et l’air fatigué.
Il n’était vêtu que d’un simple pantalon de coton trop grand pour lui et tenait dans sa main libre une tasse remplie d’un liquide chaud et odorant.
« Est-ce que ça va? Tu n’as mal nul part? »
Anakin prit le temps de se redresser avant de lui répondre. La pièce tourna un peu autour de lui et une légère douleur envahit ses tempes. Rien d’inhabituel ou d’alarmant.
Il nia d’un signe de tête avant de désigner la tasse d’un mouvement de menton
« Qu’est-ce que c’est?
-Une infusion à base de feuilles fermentées. Tu veux goûter? »
En temps normal, Anakin aurait probablement refusé. L’odeur d’encens que dégageait la boisson ne l’engageait pas à accepter. En général, il s’abstenait, de plus, de faire confiance aux goûts d’Obi-Wan, son maître ayant tendance à un peu trop verser dans la narcothérapie.
Il avait cependant la bouche assez pâteuse et la gorge suffisamment sèche pour que son inconfort le pousse à prendre le risque et à accepter la tasse.
Il porta le liquide à ses lèvres, le sentit envahir sa bouche et, comme il s’y attendait, ne put retenir une puissante grimace de dégoût.
« Comment est-ce que vous pouvez boire un truc aussi amer? »
Obi-Wan récupéra sa tasse sans prendre ombrage d’un tel commentaire.
« Disons que je m’y suis habitué avec le temps. Veux-tu que je t’apporte autre chose?»
-Non. Ça va aller, merci. »
Il manqua d’ajouter « je tiens à la vie », mais la patience d’Obi-Wan avait tout de même ses limites, nonobstant le fait qu’il occupait de plus son lit.
Il se rejeta prudemment contre le cousin qui soutenait sa nuque.
« Qu’est-ce qui s‘est passé?
-Ce serait plutôt à moi de te poser la question, cher Padawan. Ce n’est pas toute les nuits que tu détruis la moitié d’un gymnase.
-Je m’entraînais…
- Si tu envisages de te reconvertir dans la décoration d’intérieur, laisse-moi te dire que tu as encore du travail. Pour ce qui est de la démolition par contre…
-C’est si terrible que ça?
-Attends que Mace te présente la note! »
Anakin aurait voulu rire mais un élancement dans son crâne l’en dissuada.
« Ce sont les sphères qui ont explosé…
-Des sphères d’entraînements?
-Oui, il y en avait sept, et elles ont toutes explosé en même temps…
-Mais comment… »
Anakin laissa échapper un gémissement sourd. La douleur et le choc n’étaient déjà plus que des mauvais souvenirs. Il savait cependant qu’Obi-Wan ne lâcherait pas l’affaire. S’il se lançait dans une tentative d’auto-justification maintenant, il en avait pour des heures, d’autant plus que son maître ne serait jamais dupe de ses réponses. S’il voulait un peu de paix, il devait tout mettre en œuvre pour l’amadouer et retarder la confrontation. Il avait heureusement une longue pratique de l’exercice.
Il s’appliqua à exprimer en quelques grimaces douloureuses, toute la souffrance et la fatigue qu’il ne ressentait pas. Il sentit Obi-Wan fléchir avant même qu’il ne reprenne la parole.
« On en reparlera plus tard si tu veux. Tu devrais essayer de dormir un peu. L’aube approche. »
-Et vous? Vous n’allez pas vous recouchez?
-Eh bien, premièrement, je n‘ai plus vraiment sommeil et deuxièmement, tu es dans mon lit. Mais si tu daignes te traîner jusqu’à tes quartiers, j’y réfléchirais. »
Anakin regarda la baie vitrée, le sol, le plafond; il joua machinalement avec un bout de drap, se frotta distraitement le menton. Puis il reporta son regard malicieux sur Obi-Wan et répliqua:
« Je saurais me maîtriser, maître. »
Passablement irrité, Obi-Wan ouvrait déjà la bouche pour répliquer. Anakin le connaissait trop pour ne pas savoir qu’il argumenterait jusqu’à le décourager. D’un mouvement résolu, il s’écarta pour lui faire une place et le coupa avant qu’il ne puisse prendre la parole:
« De toute façon, je n’ai pas sommeil moi non plus. »
Il pouvait presque lire sur son visage le conflit qui l’habitait. Obi-Wan était partagé entre le poids des convenances et une fatigue bien présente. Mais qu’était-ce après tout que cette promiscuité quand ils avaient partagé tant de couches bien plus exiguës pendant les mois passés dans la bordure extérieure?
Inconsciemment, il ne put s’empêcher de toucher son esprit et de pousser un peu. Les défenses affaiblies d’Obi-Wan cédèrent. Dans un long mouvement félin, il se déplaça pour venir s’asseoir en tailleur contre la tête du lit
« Bon, après tout, tu sais ce qu’on dit, mieux vaut ne pas changer d’attelage au milieu du gué. »
Anakin leva un sourcil suspicieux.
« C’est de Qui-gon ça?
-Non, de Yoda. Mais il n’était pas dans son état normal ce soir là. »
Obi-Wan grimaça de façon on ne peut plus suggestive et Anakin se retint de pouffer. Il ne savait pas si c’était l’idée de Yoda grisé ou l’expression d’Obi-Wan qui lui plaisait le plus. Il faisait si gamin comme ça. Il avait l’impression de retrouver le jeune homme qu’il avait rencontré il y a douze ans. Avant le Jedi, avant le maître, avant le général, avant la mort de Qui-Gon surtout.

Il s’en voulait de cette pensée, mais il aurait voulu oublier Padmé et le bébé quelques minutes. Qu’il n’y ait plus qu’eux deux à nouveau, le maître et l’apprenti, le « négociateur » et le « héros sans peur »  comme l‘HoloNet les avait surnommé.
Ils avaient passé tant de temps ensemble qu‘il n‘avait jamais songé que cela puisse cesser un jour. Cette époque lui manquait. Tout lui semblait si simple alors.
Il n’y arrivait pas. Padmé hurlait encore au fond de son crâne. Il aurait voulu la voir rire, la voir sourire, mais sa souffrance ne cessait de se diffuser dans sa propre poitrine. Il hoqueta.
« Anakin? Qu’est-ce qu’il y a?… »
La douleur lui compressait douloureusement la gorge l’empêchant de répondre.
Il se força à inspirer plusieurs fois pour retrouver sa contenance et empêcher sa voix de trembler.
Après quelques hésitations, il parvint à répliquer:
« Rien…Une légère migraine, ça va passer. »
Un soupir agita son maître.
« Tu me tueras un jour, tu sais. J’étais sûr d’être débarrassé de toi depuis que tu es passé chevalier. Et bien non, j’avais tord. »
Le ton était badin; la pique familière. Obi-Wan ne pouvait s’empêcher de laisser ses mots se teinter de sarcasme. Il savait qu’il ne le faisait pas intentionnellement. Alors pourquoi avait-il si mal soudain?
Il se força à sourire et ne réussit qu’une faible grimace peu convaincante. Il sentait ses yeux se plisser.
Une ombre passa sur le visage d’Obi-Wan.
Il ne voulait pas qu’il le voit pleurer.
Il y avait encore au fond de lui un petit orphelin qui n’aspirait qu’à une chose: se réfugier dans ses bras et laisser couler sa peine, juste un instant, juste une fois.
Pendant près de treize ans, il n’avait eu de cesse de vouloir s’émanciper. Il attendait avec une impatience croissante d’être enfin indépendant. Il n’avait pas manqué une occasion de prouver sa valeur, espérant avancer ainsi l’âge de sa nomination.
Il n’aurait jamais cru qu’Obi-Wan lui manquerait à ce point. Leurs missions dans la bordure extérieure avaient prolongé leurs relations malgré la promotion d’Anakin. Obi-Wan était devenu son quotidien.
Il bougea trop vite pour qu’Obi-Wan ait le temps de se dérober. Il se laissa simplement glisser jusqu’à lui et osa poser sa tête sur sa jambe repliée.
Obi-Wan ne chercha pas à le repousser. Il posa une main ferme sur son crâne et enroula distraitement l’une de ses boucles blondes autour de ses doigts. Anakin se tendit légèrement, attendant un commentaire qui ne vint pas.
Ils restèrent ainsi quelques instants, appréciant leur présence familière.

Anakin sentit bientôt ses paupières s’alourdir et le sommeil le gagner. La fatigue accumulée et le contre-coup de l’accident sûrement.
Il ne voulait pas s’endormir. Pas maintenant. Il chercha à renouer la conversation.
« Ça ne vous a jamais manqué? Avoir une vie normale je veux dire. Vous n’avez jamais pensé à fonder une famille? »
Toujours occupé à jouer avec ses cheveux, Obi-Wan sembla considérer la question.
« J’ai grandi ici, Anakin, dans ce temple. Je n’ai presque pas connu ma propre famille, ma mère, mon frère…L’ordre est devenu ma famille… »
Prévisible et suranné. Loin des préoccupations adolescentes.
Anakin tenta une nouvelle approche, plus légère, plus provocatrice.
« Et les femmes? Certaines twi’leks ne semblaient pas vous laisser indifférent. Et toutes les apprenties du temple sont folles de vous. Récemment, elles projetaient de monter un fan club… »
L’idole en question essaya de garder son sérieux et échoua lamentablement. Anakin aimait son rire. Il reflétait une innocence, un soupçon d’immaturité qu’il aurait du perdre depuis longtemps.
« Tiens, tu m’apprends quelque chose! Plo koon va encore me regarder de travers. »
Entre deux sourires, le jeune Jedi poursuivit son interrogatoire, ses doutes apaisés par la curiosité.
« Vous n’avez jamais eu envie de vous lier? »
Il grimaça en sentant son maître lui tirer gentiment les cheveux.
« Tu m’enterres un peu vite, je ne suis pas encore grabataire que je sache… »
Obi-Wan marqua une pause, sembla mesurer la portée de ses paroles puis jeta un regard légèrement menaçant à son ancien apprenti.
« Je te déconseille de faire un commentaire, Anakin. »

Leur hilarité finit par disparaître, mais elle emporta avec elle la tension qui les habitait jusqu’alors.
La main d’Obi-Wan sur sa tempe d’Anakin se fit caressante.
« T’ai-je déjà parlé de Thal? »
Une certaine tristesse pointait derrière les mots et le jeune homme commença à regretter d’avoir abordé un tel sujet. Il ne voulait pas entendre des confidences qui ne pourraient que le renvoyer à sa propre situation.
« Non.
-C’était l’épouse de Qui-gon »
Anakin sursauta, interloqué. Il se tordit le cou pour pouvoir voir le visage d’Obi-Wan.
« Qui-Gon s‘était lié à elle? Mais, c’est si dur. Il faut l’autorisation du conseil et… »
Un peu surpris par l’émoi que cette nouvelle semblait provoquer chez son apprenti, Obi-Wan attendit quelques instants avant de reprendre.
« Qui-gon a toujours eu ses propres théories concernant la Force. Il ne s’est jamais totalement plié aux vieux préceptes. Thal était une Jedi. Une femme très douce, très forte aussi. Tu aurais du les voir tous les deux. Il n’arrivait jamais à la contredire. C’est la seule personne devant laquelle je l’ai vu céder. Ils s’aimaient. Vraiment.
-Qu’est-il arrivé?
-Elle est morte. »
Révélation brutale et si anodine pourtant. Anakin aurait pu prédire la fin de l’histoire.
« Dans un enlèvement. Ça l’a brisé. Il a mis des années à retrouver un semblant d’équilibre, mais il ne s’en est jamais totalement remis…. »
Les yeux d’Obi-Wan se perdirent dans le vague un bref instant, comme si ses souvenirs étaient encore trop lourds à porter.
« Je ne crois pas avoir envie de vivre ça. »
Anakin se redressa. Il haïssait cette détresse qui habitait ses mots de son maître. Prudemment il passa ses bras autour de son torse, s’appuya contre son corps et posa sa tête lourde et fatiguée sur son épaule.
Obi-Wan semblait trop déstabilisé pour songer à le chasser.
Le contact physique restait pourtant presque un tabou entre eux. Lorsqu’il n’était encore qu’un petit garçon, Shmi le prenait toujours dans ses bras pour sécher ses larmes. Elle le berçait doucement, lui racontait des histoires d’Ewoks, et lui chantait de vieilles berceuses qui émouvaient Watto lui-même.
Obi-Wan ne s’était jamais inquiété de ses petits « bobos ». Il était là pour lui apprendre à survivre, pas pour le cajoler. Quand il avait du vague à l’âme, quand les dunes de Tatooine lui manquaient trop, il lui fourrait un sabre d’entraînement dans les mains et le plongeait dans de longs combats acharnés. Après des heures de lutte, Anakin avait oublié jusqu‘aux causes de son chagrin.

« Vous préférez rester seul? Jusqu’à la fin … »
La peine ne quittait plus ses yeux fixés sur un point invisible.
« Qui-gon a vu mon avenir une fois. Enfin, il n’était pas sûr que ce soit vraiment une vision. Ce n’était peut-être qu’une rêve engendré par une angoisse passagère…
-Comment vous voyait-il?
-Vieux. Et seul. Isolé sur une planète désertique, semblable à Tatooine. »
Un bref instant cet image s’imposa à son esprit. Celle d’un vieillard aux cheveux blancs, perdu au milieu des dunes. Incroyablement réelle.
Il préféra toutefois adopter un ton catégorique.
« Impossible. »
D’un mouvement du menton, il désigna le sol.
« Où trouveriez-vous des tapis en pure laine vierge en plein désert? »
Des rires encore, puis le calme à nouveau.

Anakin enfouit son visage dans son cou à la recherche de son odeur.
Sa voix, à demi-étouffée, trancha à nouveau le silence nocturne.
« Vous l’aimiez n’est-ce pas? »
Il sentit le trouble envahir son esprit et le vit presque lutter contre une foule de souvenirs qui bataillaient pour se rappeler à sa mémoire.
« Aimer. Voilà un bien grand mot. Tout dépend du sens que tu lui donnes. »
Encore une question générale et philosophique. Il ne voulait pas jouer, pas maintenant.
« Dans quel sens l’entendez-vous, vous? »
La main d’Obi-Wan quitta ses cheveux.
« J’aimais Qui-gon comme un élève aime son maître, comme un fils aime son père aussi…
-Comme un amant? »
Plus une réponse qu’une question.
Un éclair de compréhension mutuelle.
« J’étais jeune Anakin…
-Je le suis aussi… »
Un soupir las souleva le corps d’Obi-Wan.
« Je sais combien tu es proche de Padmé, Anakin. Elle tient beaucoup à toi… »
Devait-il lui faire part de ses angoisses? S’ouvrire à lui et lui confier ses cauchemars?
Il n’en avait pas envie.
« Je ne voulais pas parler de ça…Il n’y a que vous et moi ici. »
Il sentit Obi-Wan se tendre tout contre lui et sut que l’allusion ne lui avait pas échappé cette fois.
« Je n’ai pas envie de comprendre, Anakin. Je t’apprécie énormément mais,…
-Prouvez-le moi. »
Anakin délaissa à regret la chaleur de son cou pour déposer une série de baisers hésitants et quémandeurs le long de sa mâchoire.
Sa barbe le déstabilisa un peu. Il ne l‘aimait pas. Elle le vieillissait énormément. Il n’était pas beaucoup plus âgé que lui après tout. Quand Qui-gon Jinn avait décidé de le prendre sous son aile, ils auraient pu passer pour deux frères. Puis Obi-Wan avait changé. Il était jeune pour un maître. L’un des plus jeunes jamais nommé. Trop peut-être. Et consciemment ou non, il faisait tout pour faire oublier qu’il était de loin le plus jeune membre du conseil Jedi.
« …Ani? Qu‘est-ce que…»
Encore une question pâle et tremblante.
Mais Anakin n’avait plus le luxe de s’interroger. Il chercha en aveugle la chaleur humide de ses lèvres et coupa court à toute protestation en s’emparant résolument de sa bouche.
La manque de réaction d’Obi-Wan le troubla un peu, mais ne l’empêcha pas d‘approfondir le baiser. Il profita du désarroi de son maître pour s’insinuer entre ses lèvres entrouvertes et chercher sa langue. Obi-Wan sursauta, chercha à s’écarter, mais ce n’était pas cette faible résistance qui allait décourager le jeune homme. Il glissa sa main derrière sa nuque pour l’obliger à rester en place et envahit son palais.
Il sentit Obi-Wan s’étouffer légèrement, avant de se détendre sensiblement et de cesser toute résistance.
Réponse faible, hésitante, mais réelle. Mélange de curiosité et d’envie.
Son maître le laissa tester la dureté de ses dents et goûter sa salive, porteuse des fragrances amères de la boisson qu‘il venait d‘ingurgité. Rien qui puisse le gêner. Elle était meilleure dans sa bouche.
Il n’avait jamais imaginé qu’embrasser un autre homme puisse être si doux, si enivrant.
Quelques brefs instants d’éternité.
Trop courts.
Obi-Wan se détourna soudain.
Pas assez pour s’enfuir, mais assez pour rompre le contact entre eux.
Les lumières nocturnes faussaient le spectre des couleurs, mais il pouvait voir le trouble d’Obi-Wan aux ombres qui s’étaient emparées des ses joues. Sa voix elle-même n’était plus qu’un filet incertain.
« Je… suis désolé, Anakin. Je…je ne peux pas…
Ses mains serrées sur sa tunique. Il fallait toujours qu’il lui résiste, qu’il joue les victimes. Le sage Jedi vaincu par la passion. Tout pour ne pas être accusé d’avoir dévergondé son propre Padawan.
Mais Anakin n’était plus son apprenti. Il y avait longtemps qu’Obi-Wan ne pouvait plus le prendre dans ses bras ou encore moins le soulever.
« Pourquoi? Maître? »
Sa voix trahissait l’impatience cuisante qui s’était emparée de ses reins. D’un geste sûr et adroit, ses mains glissèrent jusqu’au bas-ventre d’Obi-Wan pour trouver la réponse qu’il désirait. Cette faiblesse si masculine qui ne pouvait pas tromper.
« Votre esprit dit non, mais votre corps dit oui… »
Se tordant comme un câble électrique, Obi-Wan s’empara brusquement de ses mains audacieuses, la vivante et la métallique, pour les ramener à hauteur de leurs visages.
Était-ce la peur qui obscurcissait ses yeux?
« Je ne veux pas profiter de ton désarroi, Anakin! Tu t’égares cette nuit, mais demain tu regretteras tes actes! »
Paroles si futiles face au désir qui les habitait tous deux.
Anakin n’était plus un enfant et encore moins un adolescent dissipé. C’était un homme. Obi-Wan devait lever maintenant très légèrement les yeux pour saisir son regard myosotis.
Quelques infimes centimètres, distance minime qui l’irritait tout de même, il le savait.
Aussi vif qu’un serpent, Anakin réduisit la distance qui les séparait pour l’enlacer. Obi-Wan sentit la morsure du métal sur sa peau, la poigne incroyablement ferme de son élève, avant de basculer en arrière, dos au matelas.
D’un seul mouvement, le jeune homme s’installa à califourchon sur son ventre et plaqua ses mains de chaque côté de sa tête. Les yeux rivés dans les siens à la recherche d’une quelconque peur, Anakin se laissa peser de tout son poids sur lui avant de répliquer:
« Qui parle de regret? »
Les miroirs orbitaux qui décomposaient la faible lumière du soleil de Coruscant commençaient tout juste à se réorienter, leur apportant les premières lueurs d’une aube vacillante.
Les lèvres collées aux siennes il murmura:
« Demain est déjà là. »
Il s’empara de nouveau de la bouche de son maître, rebelle mais si réceptive. Il l’entendit gémir sous lui.
« Ani… »
Dernier soubresauts d’une protestation mourante.
Anakin avait gagné et il le savait.

Anakin n’aimait pas les femmes.
Il aimait une femme.
Il aimait Padmé.
Il l’adorait. Elle était sa compagne, sa vie, son âme sœur. Celle qui partageait ses joies et ses peines
Mais jamais il n’avait connu une telle passion dans ses bras.
Les mains d’Obi-Wan sur sa peau était le meilleur des langages.
Il se tordait sous ses délicieuses tortures, inconscient de lui même pour la première fois peut-être. Il ne tenait plus un rôle, il ne portait plus de masque. Il se donnait totalement comme il avait toujours voulu le faire.
Il n’y avait rien d’urgent entre eux. Une certaine langueur s’était emparée de leurs membres et de leurs mouvements. Ils prenaient le temps de découvrir leurs corps, de parcourir leurs cicatrices et d’explorer chaque centimètre carré de leurs peaux.
Anakin avait toujours cru que tout ce qui pouvait se passer entre deux hommes ne pouvait être que l’expression d’une violence bestiale. Mais, comme toujours, Obi-Wan le guidait doucement et lui enseignant une sensualité qu’il n’avait fait jusqu’alors qu’effleurer.
Ils étaient si proches maintenant qu’il pouvait lire en son maître comme dans un livre ouvert. Il identifiait ses craintes et ses peurs. Il voyait par intermittences des images issues d’un passé encore proche et qu’Obi-Wan essayait désespérément de dissimuler. Les images d’un Padawan et de son maître, d’un adolescent et d’un homme à la longue chevelure brune. Des images qui n’auraient pas du être mais avaient été.
Parmi tous ces souvenirs coupables, il saisit un mot. Un prénom murmuré aux cœurs des nuits les plus chaudes, entre deux baisers, entre deux caresses, par une voix grave mais adoucie par la tendresse.
« Ben… »*
Il sentit le corps d’Obi-Wan se tordre contre le sien et son esprit s’affoler
Pourquoi? Pourquoi ce nom ressortait-il maintenant. Il était un peu près certain que jamais Anakin ne l’avait entendu dans la bouche de Qui-gon. Et qui d’autre aurait-il pu l’employer?
Il avait peur soudain, peur de souffrir, peur de lui découvrir son âme.
Il hésitait. Il repensait aux phrases de Qui-gon, à ses regrets.
« Jure-moi que tu ne commettras pas les mêmes erreurs que moi. »
Qui-gon aussi savait être hypocrite parfois. Il ne le comprenait pas. Il ne comprenait pas ses réticences constantes.
Et au matin, tout était oublié. Il n’y avait plus qu’un maître et un Padawan, comme si rien ne s’était passé. Il lui en aurait voulu s’il ne l’avait pas tant aimé.
Il marchait sur ses traces. Oui, il était en train de commettre les mêmes erreurs. Mais les rôles étaient inversés. C’était Anakin maintenant qui souffrirait plus tard.
Il aurait voulu tout arrêter. Stopper là ses mouvements. Oublier ses désirs, juste oublier…
Mais Anakin n’était pas décidé à le laisser partir. Il enserra sa taille de ses longues jambes et chercha son regard. Il s’insinua dans son esprit troublé, en chassa le doute pour un court instant et l’attira résolument en lui
Il se tendit et se retint de gémir. La souffrance se lisait sur ses traits. Il enfonça ses ongles dans son épaule.
Il n’y avait plus de retour en arrière possible.
Il n’y aurait pas de regret.


Quand Anakin retrouva ses sens quelques heures plus tard, il était seul.
Il s’étira comme un chat et s’appropria tout l’espace offert par la couche. Les draps défaits, sensuellement enroulés autour de ses hanches, portaient encore son odeur et celle de son maître. Étroitement mêlées.
Obi-Wan était parti. Où? Il l’ignorait et il ne lui demanderait pas.
Cette nuit n’était pas un commencement, mais une fin, un adieu. Ils le savaient tous deux, sans quoi ils n’auraient pas cédé.
Il n’y aurait pas de question ni d’évocation. Pas de doute. Pas de regret.
Inconsciemment, il chercha la lumière qui inondait la pièce.
Il avait froid.

*interprétation tout à fait personnelle du pourquoi est ce qu’Obi-Wan prend le prénom de Ben par la suite….^_^.

Épilogue

« Au revoir mon ami. La Force soit avec toi. »

Anakin laissa sa main courir sur la carlingue lisse de son speeder. Métal et chair. L’histoire de sa vie.
Qu’est-ce qui le différenciait de Grievous après tout? Des organes et des circuits intégrés. Voilà ce qu’ils étaient tous deux. Un simple pourcentage suffisait-il à calculer la valeur d’une âme?
Il préférait s’abîmer dans ces questions sans réponse. Il aurait bu s’il avait eu un peu d’alcool à portée de main
Tout, tout pour ne pas avoir à se retourner. Pour ne pas voir le lourd croiseur interstellaire amorcer sa lente manœuvre de décollage et engager la progression qui l’éloignerait inexorablement d’Obi-Wan.
Une galaxie les séparerait bientôt.
Ce n’était pas la première fois. Ce serait la dernière. Il le savait.
À demi enfoui dans l’espace qui lui était réservé dans l’appareil, R2-D2 lança une trille métallique et complexe.
« Oui, R2, tu as sûrement raison. »
Le petit droïde était décidément plus que perspicace, bien plus que C-3PO même.
D’un mouvement qui se voulait lest mais n’était que las, il rejoignit son siège.
Il venait de perdre Obi-Wan.
Il avait Padmé et le bébé.
Palpatine l’attendait.

FIN

(parce que la vraie fin, vous la connaissez je pense, même si celle de Narya est beaucoup mieux!!!!)

Merci d’avoir lu.
Boudidou, c’est bon, tu peux envoyer Dark Vador (puisqu‘il faut en choisir un…).


Dernière édition par Hochet le 01 Juin 2005 19:53, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 01 Juin 2005 19:18 
Hors ligne
Pas encore atteint(e)... mais presque
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 18 Jan 2005 16:30
Messages: 2254
Raaahhhhhh !!!! :bave: :bave: :bave: :bave:
Décidement j'ai trop comment tu écris ! Et puis ils sont tous fluffy tous les deux !!!
Vivement que j'arrive a mon lemon (ce sera pas pour tout de suite malheureusement...)
Faut que je trouve d'autres fics sur eux, doit bien y en avoir en français quand meme....

Citation:
Il était l’élu, celui qui devait amener l’équilibre dans la force, le plus puissant des Jedi, mais…

Citation:
Qui-gon a toujours eu ses propres théories concernant la force.

Mmm, on va encore dire que je le ramenne mais......
Dépèche toi de me mettre une majuscule a Force :lol:

_________________
Toutes mes fics ici : http://narya-stories.livejournal.com/

French RPS :
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 01 Juin 2005 19:56 
Hors ligne
Le slash, kesako ?

Inscription: 25 Mai 2005 19:00
Messages: 40
Merci!
si tu vois d'autres fautes, n'hésite pas à me le signaler (je m'en veux énormément :oops: )

Le lemon n'est pas pour tout de suite? :cry:


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 01 Juin 2005 19:57 
Hors ligne
Pas encore atteint(e)... mais presque
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 18 Jan 2005 16:30
Messages: 2254
Hochet a écrit:
Le lemon n'est pas pour tout de suite? :cry:

Non, dsl, j'ai des projets très particulier pour eux, mais ca n'en sera que plus fort apres...
Anakin vous vous le doutez bien va se retrouver dans un sale état mental apres ca... :?

_________________
Toutes mes fics ici : http://narya-stories.livejournal.com/

French RPS :
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 01 Juin 2005 20:05 
Hors ligne
Le slash, kesako ?

Inscription: 25 Mai 2005 19:00
Messages: 40
Narya a écrit:
mais ca n'en sera que plus fort apres...

8)
Je te fais confiance!


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 01 Juin 2005 22:15 
Hors ligne
Mais euh... kesk'ils font ces deux-là ?
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Avr 2005 09:25
Messages: 281
Localisation: 78 Yvelines
Pourquoi je trouve cette fin absolument déprimante et triste.... alala... Mais j'avais pas décider de déprimé ce soir moua... ! lol
Surement, parce qu'elle est vraiment tres bien écrite..

Oh.. arrete de dire des betises toi... faut pas sa rébaisser commme cela voyons.. !!!

CLAP CLAP
!!!
:bravo: :bravo:

_________________
[Echelon]
Somwhere.. Lost.. in my mind... Helpp ! lol Ma conscience a fait une fugue.. !! Wanted (?!)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 02 Juin 2005 09:33 
Hors ligne
Mais euh... kesk'ils font ces deux-là ?
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 03 Mar 2005 19:46
Messages: 378
Localisation: Dans ma tête
Citation:
Boudidou, c’est bon, tu peux envoyer Dark Vador (puisqu‘il faut en choisir un…).


"Et un Dark Vador, un pour la table trois. C'est bon votre commande est au four, on vous l'envoie dès qu'il est chaud." Pourquoi avec la fin du trois cette phrase me paraît Horriblement pas drôle.

J'adore le passage ou tu décris Anakin a quinze ans. Je riais jaune un peu comme quand on voit Anakin enfant au début du I et qu'on arrive pas encore à oblitérer le fait qu'il va devenir Dark Vador, faire exploser Aldorande (je sais pas écrire ça), tuer tout les jedi.

Je suis aussi accro aux pics qu'ils s'envoient. Dans le troisième film, on voit bien à quel point l'humour d'Obi-Wan a déteint sur Ani et ta fic, reprend très bien ce détail.

Bref, tu nous a fait passer un super moment avec ton histoire.

Citation:
Faut que je trouve d'autres fics sur eux, doit bien y en avoir en français quand meme....


Il y a une année, j'avais lu une fic sur eux en francais et ca fait trois semaines que je la cherche sans succès. C'était peut être sur l'écurie des Sheet. J'arrive pas à charger le site. Il a peut être fermé. L'auteur reprenait l'attaque des clones en y intégrant une romance Obi/Ani et padmé était une garce qui manipulait Anakin. Je ne me souviens pas du titre malheureusement.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 02 Juin 2005 18:19 
Hors ligne
Le slash, kesako ?

Inscription: 25 Mai 2005 19:00
Messages: 40
Merci. je suis contente que ça vous ai plu.
J'ai pris beaucoup de plaisir à l'écrire, même si ce n'est pas très optimiste, désolé.

Boudidou: j'aimerais bien trouvé cette fic moi aussi.
Sinon, tu peux peut-être avoir l'écurie à cette adresse, mais le site à été refondu alors toutes les anciennes fics ont sauté.

http://daenis.free.fr/

Merci encore pour vos compliments :oops:


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 03 Juin 2005 21:37 
Hors ligne
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 17 Jan 2004 13:57
Messages: 11156
Localisation: ♫ J'ai longtemps cherché un paradis sur Terre... ♫
:bave: Bon, ça a pas été évident de lire cette fic en regardant la télé en même temps (ben vi, le vendredi, c'est soirée "Stargate" ! :wink:) mais :bravo: Le lime est très :bave: et tout le reste aussi bien !! Une autre ! Une autre !

Cybelia.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 04 Juin 2005 11:39 
Hors ligne
Le slash, kesako ?

Inscription: 25 Mai 2005 19:00
Messages: 40
Merci d'avoir lu et désolé que ça t'ait phagocyté Stargate (c'est sacré ces choses là!) :wink:


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 43 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages


Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com