Forum - Le Monde du Slash

Un espace de discussion pour les adeptes du slash sous toutes ses formes

Attention ! Les personnages utilisés dans nos fanfictions ne nous appartiennent pas, ils sont la propriété de leurs auteurs respectifs. De plus, nous ne connaissons pas les personnages réellement existants et nous n'avons aucune prétention à raconter leur vie privée : c'est de la pure fiction, rien de ceci ne doit être considéré comme vrai ! Enfin, qu'il soit bien clair qu'aucune fanfiction n'est publiée dans un but lucratif, nous n'en tirons aucun profit.


Les dernières news du Monde du Slash !

Aucune nouvelle pour le moment

Nous sommes le 17 Oct 2019 13:58

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 270 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 14, 15, 16, 17, 18
Auteur Message
 Sujet du message: Re: BUCKY - Avengers Endgame (suite UA) - Steve/Bucky - PG-1
MessagePosté: 18 Sep 2019 20:05 
Hors ligne
Slash ou non, telle est la question...
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 26 Jan 2018 10:49
Messages: 507
Localisation: Entre Reims et Laon
Tu as intérêt!!!
On compte sur toi! :mrgreen:

:suite: :suite:

_________________
Le verbe aimer est un des plus difficiles à conjuguer : son passé n’est pas simple, son présent n’est qu’indicatif et son futur est toujours conditionnel. (Jean Cocteau)

Petite citation empruntée à la signature de Chtimi 252... (ps si tu veux que je la retire dis le moi. Je le ferai bien évidemment)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: BUCKY - Avengers Endgame (suite UA) - Steve/Bucky - PG-1
MessagePosté: 19 Sep 2019 17:29 
Hors ligne
Mais euh... kesk'ils font ces deux-là ?
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 27 Avr 2019 14:56
Messages: 158
Voilà, voilà...
Chapitre 63 : Un petit garçon battu.

Dès le mois de décembre, Steve commença à travailler à l’aéroclub où Clint était inscrit comme pilote. Il faisait de la mécanique et aussi beaucoup de pub au petit aérodrome qui subitement se mit à attirer beaucoup de curieux. Buck demeura à la maison, passant beaucoup de temps avec Laura, les enfants et surtout Nathaniel pour lequel il servait souvent de garde d’enfant. Il allait le chercher au car, le gardait le soir quand sa mère était occupée. Le gamin en était ravi, il ne se lassait pas de la compagnie de Buck : tous deux s’étaient trouvés et s’entendaient parfaitement. Le gamin savait que dès le retour de Steve, il était bon qu’il file, Buck n’avait alors que la joie de retrouver son compagnon. Ils passaient les week-end l’un avec l’autre, parfois, ils faisaient une sortie avec Clint, Laura et les enfants. Stark donnait toujours des nouvelles, ainsi que Sam qui passait beaucoup de temps à la base. Steve lui manquait, il trouvait que le quartier général avait perdu son âme sans Captain aux commandes. Pourtant, lui, comme les autres allaient devoir faire de plus en plus souvent sans lui, ils le savaient.
Ce mercredi matin, après avoir fait un footing ensemble, les deux hommes se séparèrent : Steve partit en moto pour l’aérodrome et Buck rangea rapidement la maison en attendant l’arrivée du petit garçon qui devait venir passer la matinée avec lui. Il surveillait l’arrivée du gamin en écartant régulièrement le rideau de la cuisine. Après une heure d’attente, il se décida à aller prendre des nouvelles dans la maison voisine. Ce fut Laura qui l’accueillit, elle lui expliqua aussitôt : « Je lui ai interdit de sortir, il a un peu de fièvre et le nez qui coule, t’as pas reçu mon message ?
Buck s’excusa :
- J’ai encore oublié mon portable dans un coin…
- C’est pas grave, il va être content de te voir. Il boude, il ne voulait pas resté couché !
- Qu’est ce qu’il a ? vous savez ?
- Oh, un bon rhume ! La fièvre est légère, il a à peine 38°, rien de grave ! Viens ! »
En voyant Buck, Nathaniel abandonna la bande dessinée qu’il était en train de lire. Il avait les joues un peu rouges mais semblait en assez bonne forme. Il s’empressa de récriminer : « Maman veux que je reste couché ! Je ne suis pas malade ! j’ai juste le rhume ! c’est embêtant les femmes !
Buck sourit. Il s’assit sur le lit en disant :
- Tu as de la fièvre, si tu t’agites tu la feras monter.
- On devait aller faire un tour tous les deux ! Et maintenant, je suis obligé de rester enfermé ! c’est pas juste !
Laura reprocha doucement :
- Sois sage, Nathaniel, sinon Buck va repartir.
- Non, je veux qu’il reste !
- Alors calme-toi, je vous laisse.
Elle sortit. Le gamin poussa un gros soupir.
- Pourquoi faut-il que je sois malade aujourd’hui mercredi, il aurait mieux valu que ce soit hier !
- On ne choisi pas… Tu veux faire un jeu ?
- Non, je veux que tu me racontes une histoire.
- Oh, tu sais, je ne suis pas très doué pour ça…
- C’est pas vrai, tu sais bien !
- Une histoire de quoi ?
- Je veux que tu me parles de ton méchant papa qui t’enfonçait des couteaux dans la main.
- Ce n’est arrivé qu’une fois, heureusement.
- C’était déjà très méchant, pourquoi il t’aimait pas ?
- Il aurait voulu que je lui ressemble et ce n’était pas le cas…
- Je ne ressemble pas à papa, il m’aime quand même !
- Oui, ça vaut mieux… la vie n’était pas drôle pour moi.
- Raconte !
- Le matin quand je me levais pour aller à l’école, il était dans la cuisine, assis à table. En général, à cette heure là, il était sobre…
- Ça veut dire qu’il n’était pas encore soul ?
- Oui, c’est ça. Il ne me parlait pas, je mangeais très vite et je me sauvais, j’avais peur de lui. J’allais retrouver Steve. Lui et moi, on se voyait tous les jours, qu’il y ait de l’école ou pas. J’étais bien mieux avec lui ou chez lui que chez moi. Cependant, le soir, il fallait bien que je rentre, ma mère m’attendais pour manger. La plupart du temps, mon père rentrait quand j’étais à table, je me dépêchais de manger pour lui échapper, malheureusement si j’étais déjà dans ma chambre à son retour ça le rendait furieux. Il me rejoignait et me cognait pour m’apprendre à l’attendre. Alors, je restais à table. Il venait s’asseoir. Il sentait la sueur et l’alcool, je détestais ça. Il râlait après ma mère pour qu’elle le serve rapidement. Rien n’était assez bon pour lui, il n’était jamais content. Je me taisais, je me faisais tout petit. Il finissait toujours par s’en prendre à moi. Il trouvait quelque chose : ma façon de me tenir, de manger, de respirer. Il lui fallait un prétexte pour me cogner. Ensuite, c’était le même scénario chaque fois. Il me giflait, m’arrachait de sur ma chaise, me bourrait de coups de poing, de coups de pied… Je me traînais dans l’escalier pour lui échapper. Il me suivait, m’attrapais par une épaule et me faisait redescendre les marches sur le dos. Ma mère hurlait, pleurait, le suppliait d’arrêter. Fatigué, il finissait par se rasseoir, je pouvais enfin aller me réfugier dans ma chambre…
- Il était fou ton père ?!
- Non, c’était un ivrogne, un ivrogne qui me détestait…
- Moi aussi, je le déteste…
- Il est mort depuis longtemps…
- Tant mieux ! Raconte encore !
- Je me souviens d’un soir d’hiver, en janvier. Il faisait très froid dans ma chambre. J’avais enfilé plusieurs pull et mettais fourré dans mon lit. Mon père m’avait mis son poing dans la figure un peu avant, j’avais la lèvre qui saignait encore. J’ai entendu qu’il se disputait avec ma mère. Tous deux criaient de plus en plus fort. Je me suis levé, j’avais peur que mon père frappe ma mère. Du haut de l’escalier, j’ai regardé ce qu’ils faisaient : ils criaient… Ma mère reprochait à mon père sa façon de me maltraité. Elle était furieuse, je ne l’avais jamais vu se rebeller. Elle était petite, délicate et avait peur de mon père. Mais là, elle se rebellait. Alors, il a levé la main sur elle. Il l’a frappée, elle est tombée sur le plancher. Il l’aurait frappée encore si je n’avait pas crié en descendant l’escalier : « Laisse-la ! Je t’interdis de la toucher ! »
Il est devenu blanc de rage, il s’est précipité sur moi. J’étais encore dans l’escalier, il n’a pas eu le temps de monter deux marches, je me suis jeté sur lui, j’étais furieux, je n’avais qu’une seule idée en tête : me venger de tout ce qu’il m’avait fait subir toute ma vie… Je suis tombé sur lui et j’ai commencé à cogner. Il avait le visage en sang, je cognais toujours : je lui ai cassé le nez et plusieurs dents… Ma mère me criait d’arrêter, que j’allais le tuer. Je crois, qu’au fond, c’est ce que je voulais… je voulais qu’il meure… Comme il ne remuait plus, j’ai fini par arrêter. J’avais mal aux mains, elles étaient pleines de sang… Je suis parti en courant jusque chez Steve, je pensais l’avoir tué…
- Il est pas mort ?
- Non, mais il m’a foutu la paix après ça. Je crois qu’il avait peur de moi. Ma vie est devenue plus simple, enfin, si on peut dire…
- Il ne t’a plus jamais tapé ?
- Non, plus jamais.
- T’étais plus malheureux alors ?
- J’ai eu d’autres misères…
- Quoi ?
- Je te raconterais ça plus tard…
- Pourquoi ?
- C’est des histoires compliquées d’adultes…
- Je suis sûr que ce n’est pas si compliqué ! Vous, les grands, vous compliquez tout… raconte !
- J’aimais Steve…
- C’est pas compliqué, ça…
- A l’époque, ça l’était. Les garçons devaient aimer les filles…
- Et les filles les garçons ?!
- Oui, c’est ça… je ne pouvais pas le dire à Steve, c’était mon seul ami, j’avais peur de le perdre, je n’aurais plus eu personne. J’ai eu souvent envie de mourir. J’avais l’impression de ne pas être normal, j’avais honte… plus je grandissais, plus j’en souffrais…
- On ne choisi pas pourtant…
- Non, on ne choisi pas. J’aimais Steve depuis toujours… je me suis forcé à fréquenter des filles, pour faire comme tout le monde mais ça ne me rendait pas heureux…
- Bah non, évidemment…
Buck rit.
- Je ne devrais pas te raconter ça, tu es trop petit.
- Non, je comprends tout !
- C’est certain, tu as plus de jugeote que certains adultes !
Le gamin se rengorgea, tout fier. Buck se leva pour prendre un jeu de cartes.
- On fait une partie ?
- Si tu veux…
Buck distribua les cartes. Nathaniel ajouta :
- Il t’aimait, Steve, c’est bête que tu lui es pas dit plus tôt…
- C’est facile à dire après coup, sur le moment ça l’était beaucoup moins…
- T’es heureux maintenant ?
- Oui…
- Dis ?
- Oui ?
- Tu me raconteras quand tu étais prisonnier d’HYDRA ?
- Tu sais ça aussi…
- Oui, j’ai été voir sur internet, je voulais savoir. On m’a expliqué pour Steve, mais toi, personne voulait me dire… dis… tu me raconteras ?
- Plus tard, j’ai beaucoup de mal à en parler…
- Ça te rend triste ?
- Oui, très triste…
- Si ça te rend triste, je préfère jouer aux cartes.
- Je préfère aussi... »
Il présenta son jeu pour que le gamin choisisse une carte. Tout ça lui rappelait de bien mauvais souvenirs...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: BUCKY - Avengers Endgame (suite UA) - Steve/Bucky - PG-1
MessagePosté: 19 Sep 2019 18:59 
Hors ligne
Slash ou non, telle est la question...
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 26 Jan 2018 10:49
Messages: 507
Localisation: Entre Reims et Laon
Ho...chic chic chic la suite :mrgreen:

Il est trop Nathaniel!!! "Je comprend tout". Heureusement que Buck l'a sinon je me dit qu'il serait plus triste. Leur relation est géniale, j'adore! :mrgreen:
La curiosité du petit est sympa et Buck a besoin de se confier et le petit l'écoutes et le soutien c'est top!
:bravo: :bravo:

_________________
Le verbe aimer est un des plus difficiles à conjuguer : son passé n’est pas simple, son présent n’est qu’indicatif et son futur est toujours conditionnel. (Jean Cocteau)

Petite citation empruntée à la signature de Chtimi 252... (ps si tu veux que je la retire dis le moi. Je le ferai bien évidemment)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: BUCKY - Avengers Endgame (suite UA) - Steve/Bucky - PG-1
MessagePosté: 20 Sep 2019 17:45 
Hors ligne
Mais euh... kesk'ils font ces deux-là ?
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 27 Avr 2019 14:56
Messages: 158
La suite la semaine prochaine ! :merci:
bon week-end !


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: BUCKY - Avengers Endgame (suite UA) - Steve/Bucky - PG-1
MessagePosté: 20 Sep 2019 18:32 
Hors ligne
Slash ou non, telle est la question...
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 26 Jan 2018 10:49
Messages: 507
Localisation: Entre Reims et Laon
J'ai hâte!!!

_________________
Le verbe aimer est un des plus difficiles à conjuguer : son passé n’est pas simple, son présent n’est qu’indicatif et son futur est toujours conditionnel. (Jean Cocteau)

Petite citation empruntée à la signature de Chtimi 252... (ps si tu veux que je la retire dis le moi. Je le ferai bien évidemment)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: BUCKY - Avengers Endgame (suite UA) - Steve/Bucky - PG-1
MessagePosté: 27 Sep 2019 21:34 
Hors ligne
Mais euh... kesk'ils font ces deux-là ?
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 27 Avr 2019 14:56
Messages: 158
Il faut que je me bouge, l'inspiration me fait un peu défaut... Il faut que je m'y mette, l'appétit vient en mangeant !

Chatpitre 64 : Dimanche

Ce dimanche matin, Steve et Buck faisaient la grasse matinée. Dehors, la pluie tombait, droite et drue. Sous la couette, il faisait bon. Ils avaient partagés de longs jeux amoureux, à présent, ils dormaient. Il était plus de dix heures, ils s’en fichaient. Ils avaient droit de passer la journée au lit si cela leur disait.
Ce furent des coups sur la porte d’entrée qui les firent sursauter et sortir de leur délicieux engourdissement. Steve se leva, enfila boxer et pantalon et alla ouvrir. Laura était là, elle s’empressa d’entrer dans le vestibule en refermant son parapluie. Elle avait l’air agité. Steve questionna : « Qu’est ce qui se passe ?
- C’est Nathaniel…
Buck, qui venait de les rejoindre, s’inquiéta :
- Qu’est ce qu’il a ?
- Oh, lui, rien de grave…
Elle les observa quelques secondes avant de reprendre :
- Il a la varicelle.
- Ah ! Fit Buck, c’était pour ça la fièvre mercredi ?
- Oui… le problème c’est qu’il n’a quasiment pas été malade. Personne ne pensait qu’il avait la varicelle. Il n’a eu de la fièvre que quelques heures !
- Et là, il va mal ?
- Oh non, il va très bien… Il n’a même pas eu de boutons sur le corps ! Il en a eu que sur la tête… Je m’en suis aperçue hier soir en lui faisant prendre sa douche… il a des croûtes plein les cheveux… le docteur est passé ce matin…
- Alors ? Interrogea Steve, c’est pas grave ?
- Non, mais la varicelle, c’est contagieux ! Clint, moi, les deux grands, on l’a eu… mais vous, je ne sais pas… ces derniers jours, Buck a passé beaucoup de temps avec le petit… La varicelle à l’âge adulte ce n’est pas une partie de plaisir, si j’avais su que c’était ça…
Steve reprit la parole.
- Moi, je l’ai eu, c’est sûr… j’attrapais tout ce qui passait !
Laura constata :
- Ce n’est pas vraiment pour toi que je m’inquiète, tu n’as pas approché Nathaniel ces derniers jours. C’est pour Buck, il a passé pas mal de temps avec lui…
- Je ne sais pas, reconnu Bucky, je n’étais jamais malade… si je l’ai eu, c’est quand j’étais trop petit pour me souvenir…
Steve reprit :
- Je ne te connaissais pas pas quand ne l’ai eu… sinon, je te l’aurais refilé…
Laura soupira.
- Zut… j’espérais que Buck l’ait eu…
- Peut-être que je l’ai eu…
- Ouais, mais t’es pas sûr… ça craint… Il va falloir encore une bonne dizaine de jours pour le savoir, l’incubation est longue… Steve au moindre signe, préviens nous…
- J’ai vu pire qu’une varicelle ! Remarqua Buck.
- Faut pas rigoler avec ça ! Reprocha Laura, chez l’adulte, il y a plus de risques d’avoir des complications !
Steve se fit rassurant :
- Je vais le surveiller, vous en faites pas, Laura…
Elle sourit, elle savait que Buck était entre de bonnes mains avec Steve. Elle les observa, puis ajouta :
- Vous étiez encore couchés ?
- Oui, on était bien au chaud sous la couette, avoua Buck.
Laura eut une grimace amusée.
- Et bien, y’a pas de risque que mon homme fasse la grasse matinée, lui, il est parti tôt ce matin pour l’aéroclub…
- Il ne va pas voler de ce temps là ? demanda Steve.
- Non, je ne pense pas… bien que, avec lui…
- Quelle tête brûlée…
- Tu n’étais pas comme ça, Steve ?
- Je le suis toujours…et puis, il pleut mais rien d’inabordable pour un pilote comme lui… moi, je suis mieux au lit avec Bucky. Je me lève toute la semaine de bonne heure, le dimanche, je profite, surtout si il pleut ! Quoi faire d’autre de ce temps là ?
- Ouais, admis Laura, moi aussi je resterais bien couchée avec mon homme, mais il ne tient pas au lit le matin…
- Tu prends un café ou un thé avec nous ? Lui proposa Buck.
- Non, merci, je vais vous laisser vous amuser, j’ai dit à Nathaniel que je revenais vite !
Elle leur lança un dernier sourire avant de reprendre le chemin de la maison, de l’autre côté de la grange. Steve referma la porte, il observa son compagnon.
- Manquerait plus que tu nous fasses une varicelle…
Buck haussa les épaules sans répondre, Steve continua :
- Je t’imagine plein de boutons partout !
- Partout, partout ?
- Ouais… dans tous les coins !
- Arrête ! Tu me fais peur…
- C’est pourtant ce qui t’attend ! Car, si chez le jeune enfant la varicelle peut parfois passer presque inaperçue, chez l’adulte, ça ne rigole pas !
- Tu me soigneras.
- Encore !
Buck, vexé, bougonna :
- Si ça t’embête, Laura s’occupera de moi…
- Tu crois vraiment que je te confierais à Laura ?
- Bah, en même temps, si tu travailles…
- Je prendrais quelques jours s’il le faut.
- Bof… t’es pas obligé…
Steve l’attrapa par les hanches pour le jeter sur son épaule en décrétant :
- Crétin d’idiot ! Tu sais bien que je ne te quitterai pas si tu es malade !
- Lâche-moi !
- Non ! On retourne au lit !
- Tu ne veux pas un café ?
- Non, je veux toi !
- Encore !
Steve l’avait emmené dans la chambre, il le jeta sur le lit puis le chevaucha en remarquant :
- C’est toi qui le dit cette fois !
- Ça peut se dire de différentes façons…
- Ah ! Fais-moi voir ça ?
Buck attira le visage de son ami pour l’embrasser longuement. Ensuite, il souffla dans un soupir :
- Encore…
Steve sourit.
- Oui, ça n’a pas le même impact…
- C’est le but…
- Lequel sortait du cœur ?
- Devine…
Il attira une des mains de Steve, l’amena à ses lèvres, lécha et suça le bout des doigts et répéta :
- Devine…
- C’est éloquent.
- J’espère bien.
- Je vais couvrir ton corps de baisers tous les jours… ainsi, si des boutons apparaissent, je les verrai !
- Oh oui…
Buck tendit le cou afin que son compagnon commence par là. Steve remarqua :
- Tu sens bon, mon Bucky…
- Tu aimes ? c’est toi qui me l’a offert…
- J’aime ton odeur, même quand tu n’as pas mis de parfum… tu sens mon Bucky… j’adore ça…
L’autre était ravi. Il souriait jusqu’aux oreilles en appréciant les baisers qui s’éparpillaient de plus en plus sur sa peau frissonnante. Il murmura :
- Steve… on va rester couché toute la journée…
- Si tu veux, je suis prêt à passer 24 heures contre ta peau…
- Rien que toi et moi…
- Oui, tout nu sous la couette !
Il mordit la pointe de la hanche, déboutonna le pantalon puis répéta :
- Ta peau nu, Bucky, je la veux contre moi… »
Les jeans et les boxers volèrent. Ils retrouvèrent leur précédente place : par-terre. Dehors, il pleuvait toujours. Le vent s’était levé jetant la pluie serrée contre le volet. Ils n’y prêtèrent pas attention. Ils n’y avait que la respiration de l’autre, ses soupirs et son plaisir qui comptaient. Faire l’amour, se combler mutuellement, ils ne verraient pas la journée passer...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: BUCKY - Avengers Endgame (suite UA) - Steve/Bucky - PG-1
MessagePosté: 28 Sep 2019 12:12 
Hors ligne
Slash ou non, telle est la question...
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 26 Jan 2018 10:49
Messages: 507
Localisation: Entre Reims et Laon
Arggg!!! J'ai desté avoir la varicelle!! Il a neigé a gros flocons se jour-là!!! même pas pu faire de bonhomme :cry:

Je crains que Buck ne souffre encore le martyr :pascontente: je ne vais pas redire pauvre bucky hein!
Je veux qu'il soit heureux!! :maiseuh:
D'ailleurs les Dimanche flemme j'adore :mrgreen: :mrgreen:

Bref encore un chapitre sympa :mrgreen:

_________________
Le verbe aimer est un des plus difficiles à conjuguer : son passé n’est pas simple, son présent n’est qu’indicatif et son futur est toujours conditionnel. (Jean Cocteau)

Petite citation empruntée à la signature de Chtimi 252... (ps si tu veux que je la retire dis le moi. Je le ferai bien évidemment)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: BUCKY - Avengers Endgame (suite UA) - Steve/Bucky - PG-1
MessagePosté: 28 Sep 2019 13:03 
Hors ligne
Mais euh... kesk'ils font ces deux-là ?
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 27 Avr 2019 14:56
Messages: 158
Allez ! il sera heureux, même avec la varicelle ! :lol:


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: BUCKY - Avengers Endgame (suite UA) - Steve/Bucky - PG-1
MessagePosté: 28 Sep 2019 13:04 
Hors ligne
Slash ou non, telle est la question...
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 26 Jan 2018 10:49
Messages: 507
Localisation: Entre Reims et Laon
Ha.. ça ça me va!!!

:lol: :lol: :lol:

_________________
Le verbe aimer est un des plus difficiles à conjuguer : son passé n’est pas simple, son présent n’est qu’indicatif et son futur est toujours conditionnel. (Jean Cocteau)

Petite citation empruntée à la signature de Chtimi 252... (ps si tu veux que je la retire dis le moi. Je le ferai bien évidemment)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: BUCKY - Avengers Endgame (suite UA) - Steve/Bucky - PG-1
MessagePosté: 04 Oct 2019 20:16 
Hors ligne
Mais euh... kesk'ils font ces deux-là ?
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 27 Avr 2019 14:56
Messages: 158
J'ai écris un peu mais pas assez, va falloir attendre la semaine prochaine, bon week-end !


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: BUCKY - Avengers Endgame (suite UA) - Steve/Bucky - PG-1
MessagePosté: 04 Oct 2019 21:11 
Hors ligne
Slash ou non, telle est la question...
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 26 Jan 2018 10:49
Messages: 507
Localisation: Entre Reims et Laon
Arggg!!! :maiseuh:

Bon ben vivement la semaine prochaine alors! :mrgreen:

_________________
Le verbe aimer est un des plus difficiles à conjuguer : son passé n’est pas simple, son présent n’est qu’indicatif et son futur est toujours conditionnel. (Jean Cocteau)

Petite citation empruntée à la signature de Chtimi 252... (ps si tu veux que je la retire dis le moi. Je le ferai bien évidemment)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: BUCKY - Avengers Endgame (suite UA) - Steve/Bucky - PG-1
MessagePosté: 09 Oct 2019 18:35 
Hors ligne
Mais euh... kesk'ils font ces deux-là ?
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 27 Avr 2019 14:56
Messages: 158
Chapitre 65 : Visite inattendue. (1ère partie)

Près de quinze jours s’étaient écoulés, Buck se portait bien : il ne semblait pas avoir contracté la varicelle. Tous conclurent qu’il l’avait, comme la majorité des gens, déjà eue. Souvent, le matin, avant de partir travailler, Steve faisait un footing avec Buck. Ils couraient une petite heure, au petit matin quand tout était calme, à peine réveillé. Ils faisaient, en général, une pose sous le gros chêne, près de la rivière. Ce jour là, Buck se laissa tomber lourdement. Il appuya l’arrière de sa tête contre l’écorce de l’arbre, il était rouge, il soupira : « Il ne fait pas chaud, pourtant…
Ceci alerta toute de suite son compagnon. Il s’accroupit face à lui, toucha le front.
- Tu es brûlant…
- Ça allait bien, tout à l’heure.
- Tu as de la fièvre.
- Mais non, j’ai chaud parce que j’ai couru !
- Ne te fiches pas de moi ! Tu ne te mets pas dans cet état là d’habitude !
- Tu croies que c’est la varicelle ?
- Ça craint…
- Laura avait dit quinze jours d’incubation.
- C’est une moyenne, ça peut être un peu plus long chez certaine personne.
- Merde, j’ai la poisse !
- Oh, c’est pas une maladie grave, juste un mauvais moment à passer…
- J’en ai assez des mauvais moments à passer !
- Pauvre Bucky…
Il caressa gentiment les cheveux sombres et ajouta :
- Tu brûles…
- On va rentrer.
- Ça va aller ?
- Va bien falloir, t’inquiète, je tiens encore sur mes jambes. »
Ils reprirent le chemin du retour, en marchant cette fois. Pour les derniers kilomètres, Buck s’appuya sur Steve, ça allait plus mal qu’il ne voulait l’avouer…
Buck avait bien la varicelle...
Cela faisait près d’une semaine qu’il avait de la fièvre. Il était à présent, couvert de boutons qui s’étaient transformés en petites croûtes. Ce jour là, ça allait mieux. La fièvre avait baissée, les démangeaisons s’apaisaient et surtout, sa toux s’était calmée. Il avait réussi à dormir correctement la nuit précédente, il s’ennuyait, allongé dans le divan, le nez dans un bouquin. Il ne lisait plus, il regardait le dos de Steve qui essuyait la vaisselle, il était deux heures de l’après-midi. Son regard errait au-dessus des pages, il finit par remarquer : « Steve… j’adore quand tu joues à la ménagère modèle…
- Ça va, arrête ton char !
- Manque plus que le tablier blanc.
- Ta gueule.
Buck rit avant de reprendre.
- Le tablier blanc et rien en dessous…
Steve rangea les assiettes.
- T’as de drôles de fantasmes !
- Je m’occupe comme je peux…
- Je suis resté à la maison pour te tenir compagnie, tu pourrais être reconnaissant au lieu de te foutre de moi !
- Je ne me moque pas… enfin, pour le tablier, un peu… mais tu peux faire la vaisselle à poil, à moi, ça m’irait bien.
- Idiot !
Buck tapota le canapé près de lui.
- Tu viens près de moi…
- Deux minutes, je finis.
Steve jeta les couverts dans le tiroir, le claqua, crocha le torchon et vint s’asseoir près du malade.
- Qu’est ce que tu veux ? casse pieds !
- Enlève ton tee-shirt.
- Non mais ça va pas !
- Allez !
- Non. Tu dois rester tranquille.
- Oh merde ! Ça fait une semaine que je ne t’ai pas touché !
- Et alors ! c’est pas la fin du monde !
- Si ! j’ai envie de te tripoter !
- N’importe quoi !
Buck eut une moue mécontente.
- Ça ne te manque pas à toi ?
Steve prit un air détaché.
- Non, pas du tout.
Vexé, l’autre lui tourna le dos : il boudait.
Steve posa ses doigts sur une épaule qui le rejeta furieusement.
- Bucky ! Je plaisante !
Son compagnon garda le silence.
- Arrête de faire celui qui boude ! Tu sais très bien que j’en aie autant envie que toi ! Seulement, jusqu’alors, t’étais vraiment pas en état…
Buck le regarda de nouveau. Il bougonna :
- Je suis affreux avec tous ces boutons…
- Non, t’es mignon… ça va bientôt partir tout ça.
Il caressa les cheveux sombres. Buck attrapa la main, l’amena à ses lèvres. Il l’embrassa en assurant :
- Je vais mieux, aujourd’hui…
- Crois-tu ?
- Oui, j’en suis sûr.
Steve récupéra sa main pour enlever son tee-shirt. Le regard de Buck brilla. Il posa ses doigts sur la poitrine musclée, il murmura :
- Mon petit Steve, comme tu es devenu grand et fort…
- Idiot.
- Comment ça « idiot » !? c’est vrai… le petit Steve que je jetais sur mon épaule pour l’embêter… j’aurais bien du mal à la faire, maintenant…
- Moi, je peux le faire…
- Oui, les choses ont changées… c’est pas pour me déplaire…
- Je sais ça… petite fripouille…
Buck eut un sourire malin. Sa main descendit sur le ventre, caressa les abdominaux. Elle tira sur la boucle de la ceinture, la défit, fourra ses doigts sous le tissus du boxer. Steve ronchonna :
- A quoi tu joues ?
- Je ne joue pas…
Steve plaisanta.
- J’ai pas envie.
Buck rit franchement. Ce qu’il sentait contre sa paume démentait sans conteste ses paroles.
- Vilain petit menteur…
- Petit obsédé.
- Oh oui… j’adore…
Steve se pencha pour embrasser les lèvres souriantes. Il avoua :
- J’ai envie d’autre chose… si tu joues à ça…
- Oh oui…
- Tu es infernale.
- Je vais mieux… toi, tu l’a eu, la varicelle, tu ne crains rien…
- Oh non, je ne crains rien… si je devais l’attraper, il serait déjà trop tard…
- C’est bon, t’es immunisé.
- Pas contre toi…
- Oh non, pas contre moi… je te veux, je t’aurais…
- Tu es pire que le plus virulent des virus.
La comparaison fit sourire Buck. Il tira son compagnon par les épaules pour le faire tomber sur lui.
- Viens, au lieu de dire des bêtises !
- Tu sais que t’es trop mignon avec tes croûtes sur la figure.
- J’en ai pas que là.
- Oh oui, t’en as partout, partout…
Il tira sur le tee-shirt, sur le jean en décidant :
- Je te veux !
- Alors viens me chercher ! »
Ils finirent nus, sur le sol. Ils firent l’amour sur le plancher. Ce fut plus d’une heure de caresses, d’empoignades vigoureuses, de baisers de toutes sortes : fugaces, appuyés, profonds. Ils jouirent l’un de l’autre autant qu’ils purent, puis s’écroulèrent, repus, sur le plancher froid. Steve se redressa le premier pour récupérer la couverture qui traînait sur le divan. Il la jeta sur les épaules de Buck, le poussa sur le divan et l’obligea à s’y rallonger. Ensuite, il se rhabilla rapidement. Il finissait de nouer ses lacets quand un bruit venant de l’extérieur, les fit sursauter. Buck questionna : « C’était quoi ça ?
- Hum… ça ressemble à l’arrivée de quelqu’un de pas commun…
- C’est à dire ?
- Quand Thor tombe du ciel…
On frappa à la porte. Steve ouvrit. Thor était là : la barbe, les cheveux court. Grand, musclé, magnifique. Dieu vivant, souriant, auquel Steve serra chaleureusement la main.
- Et bien, il y a longtemps qu’on s’était vu ! Vous avez l’air en forme !
- Oui, assura Thor, je vais bien… j’avais pas mal de choses à régler.
- Rentrez, dit Steve en refermant la porte, vous voulez un café ?
- Oui, je veux bien.
Il s’assit devant la table, son regard tomba sur Buck. La dernière fois qu’il l’avait vu, c’était ce fameux soir où il s’était ouvert les veines.
- Salut…
- Salut.
Thor se tourna vers Steve.
- Il a quoi ?
- La varicelle…
- C’est quoi ça ?
- Une sale maladie, que le petit dernier de Clint lui a refilé… rien de grave, il va déjà mieux…
- Ah… c’est bien. J’ai vu Sam au quartier général, il m’a dit que vous viviez là, tous les deux, j’avais besoin de te parler, Steve.
Le regard de l’asgardien s’attarda sur les vêtements de Buck qui traînaient toujours sur le plancher, au pied du divan. Il reprit :
- Je vais avoir besoin de votre aide…
Steve fit la grimace.
- Rien de grave ?
- J’ai juste besoin d’un petit coup de main. Je crois que vous êtes l’homme de la situation... »


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: BUCKY - Avengers Endgame (suite UA) - Steve/Bucky - PG-1
MessagePosté: 09 Oct 2019 20:00 
Hors ligne
Slash ou non, telle est la question...
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 26 Jan 2018 10:49
Messages: 507
Localisation: Entre Reims et Laon
Yop!
Ho la la!!! qu'est que tu nous mijote encore? Que peut bien vouloir Thor? Il se passe quoi comme catastrophe? Il est amoureux d'un mec et veut des conseils? :lol: :lol:
Nan plus sérieusement, il se passe quoi?
Sacré Bucky! c'était couru qu'il l'avait chopé la varicelle!! :P

vivement :suite:

_________________
Le verbe aimer est un des plus difficiles à conjuguer : son passé n’est pas simple, son présent n’est qu’indicatif et son futur est toujours conditionnel. (Jean Cocteau)

Petite citation empruntée à la signature de Chtimi 252... (ps si tu veux que je la retire dis le moi. Je le ferai bien évidemment)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: BUCKY - Avengers Endgame (suite UA) - Steve/Bucky - PG-1
MessagePosté: 09 Oct 2019 20:40 
Hors ligne
Mais euh... kesk'ils font ces deux-là ?
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 27 Avr 2019 14:56
Messages: 158
Je ne sais pas encore ce qui va se passer, j'avais juste envie de faire intervenir Thor. Je vais trouver un truc pour qu'il ait besoin de Steve. Je cogite là-dessus...
:reviews:


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: BUCKY - Avengers Endgame (suite UA) - Steve/Bucky - PG-1
MessagePosté: 09 Oct 2019 20:41 
Hors ligne
Slash ou non, telle est la question...
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 26 Jan 2018 10:49
Messages: 507
Localisation: Entre Reims et Laon
de rien 8) :wink:
C'est avec plaisir

_________________
Le verbe aimer est un des plus difficiles à conjuguer : son passé n’est pas simple, son présent n’est qu’indicatif et son futur est toujours conditionnel. (Jean Cocteau)

Petite citation empruntée à la signature de Chtimi 252... (ps si tu veux que je la retire dis le moi. Je le ferai bien évidemment)


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 270 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 14, 15, 16, 17, 18

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages


Rechercher:
Aller à:  
cron
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com