Forum - Le Monde du Slash

Un espace de discussion pour les adeptes du slash sous toutes ses formes

Attention ! Les personnages utilisés dans nos fanfictions ne nous appartiennent pas, ils sont la propriété de leurs auteurs respectifs. De plus, nous ne connaissons pas les personnages réellement existants et nous n'avons aucune prétention à raconter leur vie privée : c'est de la pure fiction, rien de ceci ne doit être considéré comme vrai ! Enfin, qu'il soit bien clair qu'aucune fanfiction n'est publiée dans un but lucratif, nous n'en tirons aucun profit.


Les dernières news du Monde du Slash !

Pas de news actuellement

Nous sommes le 23 Juin 2018 20:57

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 4 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: [Finie] Titre : Une erreur impardonnable H/A G
MessagePosté: 29 Sep 2012 18:46 
Hors ligne
Mais euh... kesk'ils font ces deux-là ?
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Fév 2011 21:29
Messages: 345
Titre : Une erreur impardonnable
Pairing : Alexandre/Héphaïstion
Rating : G
----------------------
Une erreur impardonnable


Le roi de Macédoine, l’illustre Alexandre le Grand, traversait de sombres heures. La défaite qu’il venait d’essuyer, alors que ses troupes se faisaient de moins en moins fidèles et hardies, était une chose, mais le pire l’attendait. Rempli d’appréhension, il repoussa les pans de tissus qui fermaient l’accès à sa tente et s’y engouffra en toute hâte.

Le soigneur se trouvait dans cet espace aménagé par le souverain, non loin du lit paré avec une opulence détestable dans le contexte actuel. Et dans le lit se trouvait un bien pâle soldat, se perdant dans les vagues de plis dorés.

_ Héphaïstion…, souffla le roi les larmes aux yeux. Oh ! Héphaïstion…

Rien n’aurait pu être plus terrible que cette épreuve. Héphaïstion avait été blessé durant les combats… Pour un soldat, même un aussi expérimenté et gradé que le brun, c’était anodin normalement… Mais pas cette fois. C’était par la faute du roi qu’Héphaïstion gisait là, plus pâle qu’un linge d’un blanc pur… Son général l’avait bien prévenu que l’attaque était insensée, précipitée, mais il n’avait rien voulu savoir. Il voulait lui offrir ce monde dont ils rêvaient tous deux, et pour cela il fallait d’abord en conquérir la moindre terre…

Alors Alexandre s’était buté et avait mené l’attaque. Mais les dieux n’étaient pas avec lui cette fois-ci. Il allait trop vite, ce n’était pas dans son destin d’obtenir ce territoire en ce funeste jour. Et les divins l’avaient puni pour son audace… Quand, désarmé et encerclé, le roi avait vu une lance être lancée en sa direction, il n’avait pas vu son fidèle compagnon prêt à s’interposer. Et il avait réussi… C’était son flanc que l’arme avait déchiré, c’était lui qui s’était effondré… Une dévotion totale, une abnégation hors du commun. Alexandre se disait sans cesse qu’il ne les méritait pas.

Se souciant peu d’être vu dans cet état, le fils de Zeus laissa couler ses larmes tout en s’asseyant sur le lit luxuriant de son Patrocle. Il gratifia le visage si doux de son ami de milles caresses pleines de tendresse mais ne reçut aucune réponse, même lorsqu’il recommença à l’appeler. Héphaïstion ne bougeait pas. Il était devant lui, allongé, livide, les yeux clos, respirant faiblement et ne réagissant à rien…

_ Pourquoi ne répond-il pas à mes appels ? Pourquoi ne se réveille-t-il pas ?s’agita Alexandre angoissé.

Le médecin se rapprocha et vérifia que son blessé respirait toujours, que l’affolement du souverain n’était pas dû à une dégradation soudaine de son état. Mais Héphaïstion, bien que sa vie ne tienne pas à grand-chose, refusait toujours à l’offre d’Hadès.

_ Il est extrêmement faible mon Roi… Je ne sais pas s’il résistera à l’appel des rives du Styx, mais les prochaines heures seront décisives pour lui. Les blessures qui lui ont été infligées sont lourdes, et il a perdu beaucoup de sang sur le champ de bataille…
_ Alors donnez-lui le mien !s’écria le blond désemparé. Qu’attendez-vous ? Qu’il meure !

Le roi présenta son bras par un automatisme désarmant. Que n’aurait-il pas fait pour sauver son Patrocle… Mais évidemment ce n’était pas si simple.

_ Mais… Mais enfin je ne peux pas votre majesté…, balbutia le médecin pris de court.

Alexandre s’en retourna vers son camarade et serra de ses poings crispés la toge propre dont il était revêtu. Il ne pouvait concevoir qu’il ne restait plus rien à faire pour l’aider à rester dans ce monde. Pourquoi était-il entouré d’incapables qui ne pouvaient pas sauver la seule personne primordiale à ses yeux ?

_ Alors disparaissez de ma vue ! Essayez de soigner quelqu’un, rendez-vous utile !

Le vieil homme se pressa d’obéir, ne voulant pas subir le courroux du roi. Ce n’était un secret pour personne que le souverain attachait énormément d’importance à son second, si bien que le décès de celui-ci pourrait être fatal à plus d’un…

Le corps d’Alexandre éclata en sanglots d’une rare violence lorsqu’il fut seul. Seule l’étreinte de bras chaleureux aurait pu atténuer sa souffrance… Mais il n’y avait personne pour le consoler, puisque celui à qui revenait cette mission était justement la cause de sa douleur. Réalisant cela, Alexandre pleura d’autant plus fort. Héphaïstion ne pouvait pas mourir, pas de la sorte ! Le blond avait désespérément besoin de lui, et il se refusait à être responsable de son trépas ! Il ne le supporterait pas… il ne voulait pas d’une vie dans laquelle son camarade n’aurait pas sa place…

Tremblant sous ses pleurs violents, le fils de Zeus se déshabilla entièrement et se glissa sous les lourdes couvertures pour coller son corps à celui de son camarade qui lui semblait bien trop froid. Serrant avec force le corps inanimé, si faible, Alexandre pria longuement les dieux, et à mesure que les heures s’écoulaient sans amélioration, il commença à les menacer. Il avait offert sa vie pour que son ami d’enfance survive, mais comme l’offre avait été refusée il promettait maintenant de se laisser mourir après avoir soigneusement fait détruire chacun des temples qui leur étaient consacrés s’ils lui arrachaient son général préféré.


Même s’il ne trouvait aucun écho à ses suppliques, le roi de Macédoine et de la Perse était entendu par les divins êtres qui veillaient les mortels. Aucun ne s’offusqua de son emportement et Aphrodite en fut quant à elle si attendrie qu’elle fit pleuvoir sur lui une pluie si fine que le roi ne la sentit pas et qui l’endormit aussitôt. Ce cadeau qui lui avait été fait par Morphée saurait apaiser durant quelques heures sa douleur, ses angoisses.

Les dieux délibérèrent quant au sort du châtain et se décidèrent à en référer aux Parques. Leur statut divin leur permit d’accéder sans difficulté au fil qui représentait la vie d’Héphaïstion. Ce dernier se trouvait étroitement entremêlé au celui qui symbolisait la vie d’Alexandre, ce qui eu le don d’émouvoir les divinités présentes. En revanche l’inquiétude grandissait alors qu’ils étudiaient la paire de fils. Celui d’Héphaïstion s’effilochait sérieusement depuis le combat et même les Parques ne savaient pas si la faiblesse du segment actuel pouvait compromettre la suite du fil. Le général pouvait survivre et donc poursuivre le fil de son existence, ou périr cette nuit et rompre ce segment si maigre et fragile de fil… D’ailleurs, le fil d’Alexandre répondait à ce schéma aussi, avec un léger décalage cependant. Les divins comprirent sans peine que la mort d’Héphaïstion engendrerait forcément celle du fils de Zeus. Ce n’était pas la première fois qu’ils rencontraient ce cas… Malgré tout son acharnement, Thétis avait elle aussi perdu son fils après la mort de Patrocle…

Les dieux ne devaient pas se mêler du destin des hommes. Certes, ils pouvaient décider de leur donner des sorts particuliers, mais leurs existences concrètes appartenaient aux Parques qui exécutaient les ordres de la nature. Pourtant, sans se consulter, ils se permirent d’influencer les vies d’Alexandre et d’Héphaïstion. Pour y parvenir, il s’arracha l’un de ses cheveux d’or et l’utilisa pour solidifier les fils entrelacés.


Alexandre s’éveilla difficilement et resserra sa prise sur le corps chaud qu’il tenait. Il eut la plus grande peine à réaliser où il se trouvait, ce qu’il s’était passé la veille. Ce fut l’odeur du sang qui le ramena brutalement sur terre. Les larmes aux yeux, le roi reporta son regard sur son camarade et manqua de peu de défaillir. Bien qu’encore pâle, Héphaïstion avait les yeux entrouverts et jouait paresseusement avec un des ornements de la couverture, une sorte de pompon doré…

Remarquant l’agitation de son souverain, Héphaïstion lui adressa un regard et lui offrit un pauvre sourire. Ses traits étaient tirés, ses cernes profondes, mais il était en vie ! Fou de joie, Alexandre se mit à rire sans motif apparent. Amusé par ses excès, le général blessé caressa la joue de son camarade.

Le fils de Zeus fit alors de son mieux pour recouvrir son calme et, paré d’un sourire radieux, il vint déposer ses lèvres sur celles du châtain. Ce n’était pas le baiser qu’auraient partagé deux amants lors d’une orgie. Non, c’était un contact doux, plein de respect et de dévotion, sans fougue éphémère ni désir oppressant. C’était la représentation de leur soulagement et de leur attachement mutuel. Ils n’avaient pas besoin de mots pour se comprendre.

Les deux hommes échangèrent encore mille douceurs, autant de caresses, et s’appliquèrent à partager leur chaleur dans la plus grande chasteté. Le roi désormais apaisé put faire le point sur sa défaite. Il avait été bien trop ambitieux, avait bien trop zélé… Tout ça pour offrir à son aimé le monde dont ils avaient tant rêvé… Mais il été allé trop vite, et à cause de ça il avait faillit le perdre. Il ne se le serait pas pardonné… Déjà qu’il ne supportait que très difficilement que son compagnon ait été blessé à sa place…

_ Je suis désolé Héphaïstion, tellement désolé… Tu as frôlé l’étreinte d’Hadès par ma faute, parce que je ne t’ai pas écouté…, se fustigea le roi.

Son général se redressa pour dévisager son ami d’enfance, étonné de tant de solennité. Il regretta vite son mouvement, combattant une grimace douloureuse alors que sa blessure se rappeler à son bon souvenir. Instinctivement, Alexandre l’attira dans ses bras en douceur. Il avait besoin de se rassurer, et Héphaïstion ne pouvait qu’approuver car la position lui était confortable, l’empêchait de tirer sur la plaie.

_ L’important c’est que nous soyons tous deux en vie, mon Alexandre, chuchota le châtain doucereux.

Le souverain lui caressa les cheveux, plein d’amour et de dévotion, tout en se perdant dans son regard azuré. La culpabilité ne s’effaçait pas pour autant, mais il ne voulait pas contrarier son aimé. Ce dernier cala sa tête au creux de l’épaule d’Alexandre et reposa sa main droite sur son torse, fermant les yeux en soupirant d’aise. Le roi poursuivit ses tendres caresses tout en réfléchissant, la mélodie de son cœur le menant doucement au monde de Morphée.

_ Il faudra aller faire des offrandes dans les temples d’Aphrodite, songea Alexandre. Nous lui devons beaucoup…
_ Ne m’en veux pas si je ne suis pas capable de te suivre dans l’heure, bâilla Héphaïstion paisiblement installé dans ses bras.

Attendri, le blond déposa un baiser sur son front. Le corps de son camarade avait retrouvé un peu de chaleur, et son visage reprenait peu à peu quelques couleurs. Tout était pour le mieux…

_ Nous allons rentrer Héphaïstion. Pas aujourd’hui, nous ne sommes pas en état, mais nous allons revenir à Babylone. Là-bas nous construirons la plus brillante des civilisations, qui rassemblera les grecs, les macédoniens et les perses, sans distinction. Nous devons travailler à l’avènement de cette communion des peuples avant de penser à en glaner plus.

Héphaïstion ouvrit les yeux et afficha un grand sourire, bien que fatigué. Il se releva juste assez pour embrasser son compagnon et se réinstalla au creux de ses bras aimants et protecteurs. Il pouvait se rendormir maintenant, il savait que l’avenir s’annonçait bien. Depuis le temps qu’il essayait de raisonner son roi à ce propos, maintenant c’était lui qui menait cette réflexion posée.

Alexandre ferma les yeux quelques minutes après que son compagnon ait cédé aux bras de Morphée. Il était enfin rassuré. Hadès ne menaçait plus son aimé, et il ferait en sorte que la situation perdure.


FIN

_________________
Mon skyblog : http://quandlahaineprendledessu.skyrock.com/
Ma nouvelle fiction slash : http://un-parmi-tant-d-autres.skyrock.com/


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Titre : Une erreur impardonnable H/A G
MessagePosté: 23 Oct 2012 23:04 
Hors ligne
Mais euh... kesk'ils font ces deux-là ?
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Oct 2012 16:43
Messages: 213
:bravo: :bravo: :bravo:
Bravo !!!!
C'est très émouvant la façon qu'a Alexandre de s'inquiéter pour Héphaistion, j'en avais les larmes aux yeux :cry: .
Mais ça lui a au moins ouvert les yeux a cette tête de mule d'Alexandre.

_________________
Je rêve qu'un jour cette phrase ne soit pas vraie :

"-Il faut bien se marier, tu sais. Personne ne sait trop pourquoi au juste mais c'est comme ça, les gens se marient. Seuls les anormaux ne le font pas. Alors je suppose qu'elle ou bien une autre... " Merci encore Kate Nightingale (Le dernier ennemi)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Titre : Une erreur impardonnable H/A G
MessagePosté: 23 Avr 2016 02:02 
Hors ligne
Le slash, kesako ?
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 19 Avr 2016 00:06
Messages: 52
Localisation: A mi-chemin entre le paradis et l'enfer :)
J'ai adoré ! Le début m'a donné des sueurs froides , je croyais que Hephaïstion étais mort . Ce que j'ai préférée c'est quand il y a eu l'intervention des dieux surtout le passage des files . :bravo: :)

_________________
La vie passe tellement vite. Si tu ne t’arrêtes pas pour regarder autour de toi de temps en temps, tu pourrais la manquer


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Titre : Une erreur impardonnable H/A G
MessagePosté: 05 Mai 2018 18:45 
Hors ligne
Slash ou non, telle est la question...
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Avr 2011 22:49
Messages: 808
Localisation: face à l'océan
Très beau, très bien écris, poignant. Bravo. :bravo: :bravo: :bravo:

_________________
Qu'est-ce qu'un homosexuel? Un homme qui a tout compris aux femmes. Olivier de Benoît.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 4 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages


Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com