Forum - Le Monde du Slash

Un espace de discussion pour les adeptes du slash sous toutes ses formes

Attention ! Les personnages utilisés dans nos fanfictions ne nous appartiennent pas, ils sont la propriété de leurs auteurs respectifs. De plus, nous ne connaissons pas les personnages réellement existants et nous n'avons aucune prétention à raconter leur vie privée : c'est de la pure fiction, rien de ceci ne doit être considéré comme vrai ! Enfin, qu'il soit bien clair qu'aucune fanfiction n'est publiée dans un but lucratif, nous n'en tirons aucun profit.


Les dernières news du Monde du Slash !

Pas de news en ce moment

Nous sommes le 25 Sep 2020 10:17

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 33 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message: Cracks & Failures. RDJ/Jude Law. G (OS)
MessagePosté: 23 Avr 2010 12:37 
Hors ligne
Pas encore atteint(e)... mais presque
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 07 Juin 2009 19:41
Messages: 1257
Localisation: Dårlig Ulv Stranden
Après plusieurs essais dans l'univers Sherlock, j'avais envie de renouer un peu avec le RPS. La fiction en plusieurs chapitres avancent lentement mais sûrement ; en attendant, je vous propose un petit OS sans prétention. :)

J'espère qu'il vous plaira, bonne lecture !

Image

□□□□□□□□

Cracks & Failures
Rating : G
Disclaimer : ces deux hommes ne sont -malheureusement- pas miens ! Je ne prétends pas non plus
raconter leur vie.
Résumé : Jude se réfugie, au calme, dans sa suite bien trop luxueuse pour oublier une rupture. C'était sans compter sur un invité surprise...

□□□□□□□□

Penché par-dessus son balcon, Jude contemplait avec mélancolie les milliers de lumière de New York. Cette ville avait quelque chose de terrifiant ; éternellement en activité, elle ne laissait aucun répit à ses habitants ou ses visiteurs d’un jour. Bars, cinémas, boîtes : Jude aurait pu passer une agréable soirée seul ou en compagnie de l’équipe du film, réunie au restaurant. Si seulement il l’avait voulu. En effet, le cœur n’y était pas ce soir. Sa chambre lui paraissait être le lieu le plus approprié pour broyer du noir.

Ruminant une nouvelle rupture fraîche d’à peine quelques heures, l’Anglais n’aurait jamais été d’humeur à rire ou à discuter avec ses collègues. Longtemps, Susan l’avait sollicité mais sans succès. Robert était resté à quelques pas d’eux deux, à l’écart. Il ne lui avait pas adressé un mot mais Jude avait reconnu l’expression qui tordait son visage : l’Américain se doutait qu’une chose ne tournait pas rond chez lui. Il n’avait cependant rien dit et avait accompagné Susan au restaurant sans un mot de plus.

Robert le coincerait sûrement demain, au vestiaire ou entre deux interviews, pour un interrogatoire dans les règles de l’art. En attendant, Jude se lamentait seul, accoudé à son balcon, son Ipod vissé dans les oreilles. Il passait les chansons une à une, choisissant les plus tristes ou les plus parlantes, dans un pur sentiment de masochisme. Il aurait volontiers commandé autant d’alcool que son cachet le permettait ; Il ne voyait cependant pas l’intérêt de s’enivrer seul, dans une suite new-yorkaise hors de prix. Ce luxe environnant lui renvoyait un constat encore plus douloureux : tout lui était acquis, il pouvait tout avoir : des caprices les plus farfelus aux plats les mieux cuisinés, du vin le plus cher à la drogue la plus raffinée. Avec un peu d’argent de plus, la compagnie se serait pressée dans sa chambre ; la nuit aurait été charmante, le réveil plus douloureux encore en réalisant que les vêtements éparpillés sur le sol avait été ramassés et la porte refermée sans trop de bruit. New-York était un catalogue immense ; tous les plaisirs – coupables ou non, répréhensibles ou légaux – étaient accessibles à condition d’allonger les billets. L’essentiel était pourtant inaccessible ; de l’Amour à la compagnie honnête et sincère d’un seul véritable ami, ce qui avait un tant soit peu de vraie valeur relevait de l’utopie dans cette mégalopole grouillante d’hypocrisie et de superficialité.

Il aurait apprécié joindre la Grande-Bretagne, déverser sa tristesse au téléphone à Ewan. Il était presque deux heures du matin à Londres ; il ne tenait nullement à ennuyer son meilleur ami aussi tard. En arrière-plan, c’était un autre drame plus discret qui se tramait : sa ville lui manquait. A côté de cette ruche américaine, Londres lui paraissait avoir une certaine dimension humaine. Or, il était perdu à plusieurs milliers de kilomètres de là. Décalage géographique, affectif : il était impatient de retrouver sa villa anglaise.

Rien ne semblait lui remonter le moral : les compliments, en ce moment, lui donnaient envie de vomir ; fatigué de s’interroger sur la sincérité de ces mots, sur la réelle intention de celui qui les avait proférés. Etre courtisé, c’était se remettre en question à chaque instant, juger s’il fallait fuir ou non la personne qui se tenait devant vous. Si vous vous laissiez charmer par une personne malintentionnée, votre argent ne tenait bientôt plus aux doigts. En preuve, la montre Armani offerte en série limitée dont il ne lui restait que le coffret.

Intrigué par un son extérieur à la chanson, Jude extirpa ses écouteurs de ses oreilles. Ecoutant plus attentivement, il remarqua enfin qu’on tambourinait à la porte avec fureur. Inquiet, il s’approcha et jeta, par le judas, un coup d’œil dans le couloir. Il n’eut aucun mal à reconnaître le visage déformé par le verre concave. Les grands yeux bruns ombragés par ces cils immenses ne pouvaient appartenir qu’à une seule personne :
- Downey, tu t’es perdu sur le chemin du restaurant ? Lui lança Jude, amer et peu prompt à la discussion, en ouvrant la porte. J’peux pas t’aider, j’ai même pas demandé l’adresse.

L’Américain était rentré dans la chambre, refoulant aussitôt la politesse. Déposant un sac en toile sur le lit, il vida le contenu sur le lit de son benjamin. Jude s’approcha, curieux mais déjà irrité des fantaisies de son ami :
- Tu sais bien que j’adore passer du temps avec toi mais… ce soir, je préférerai être seul. Puis, va rejoindre Susan, elle va finir par s’inquiéter ou me détester. Tu passes presque autant de soirées avec moi qu’avec elle !

Dans un sourire réconfortant, Robert lui précisa que Susan était à l’origine de cette visite. Elle l’avait purement et simplement renvoyé du restaurant :
- Elle est inquiète pour toi. Confia l’Américain en dévisageant le jeune homme. Moi aussi. J’attends devant ta porte depuis cinq bonnes minutes.
- Ah… Excuse-moi, j’écoutais un peu de musique sur le balcon. Justifia l’Anglais en pointant l’Ipod, gage de bonne foi.

Jude accueillit, avec un demi-sourire, les cadeaux que Robert déposait sur son matelas : cigares cubains, vins millésimés, bouteille de champagne. Il saisit une de ses dernières et reconnu l’une des appellations les plus prestigieuses. Robert eu un rire nerveux et lui fit une confidence :
- J’ai fait passer les deux bouteilles sur la note de Guy.
- T’es vraiment sans gêne, Downey.
Jude se dérida en imaginant la tête de leur réalisateur lorsqu’il devrait régler sa facture le lendemain. Débouchant une des bouteilles de Bordeaux, Robert lui tendit le divin breuvage :
- Quitte à déprimer, autant le faire dans les règles de l’art.
- T’es adorable d’être venu mais… J’aimerai autant passer la soirée, seul.
Nullement froissé, Robert chercha à intercepter le regard fuyant de son ami :
- C’est souvent au moment où on a le moins envie de voir quelqu’un qu’on en a, en réalité, le plus besoin. Déclara l’aîné en s’asseyant sur le lit sans en demander l’autorisation. J’en sais quelque chose, Jude.

Reconnaissant, l’Anglais capitula. D’un geste tendre et naturel, presque paternel, Robert l’attira à lui. Resserrant son étreinte , l’aîné posa son menton sur l’épaule du jeune homme. Il ressentit les petits tressautements, quelques spasmes qui devinrent des sanglots. Instinctivement, sa voix trouva les mots justes ; sa main essuya pudiquement les quelques larmes qui sillonnèrent les joues de son ami.

La timidité et la gêne reprirent le dessus. S’écartant l’un de l’autre, ils se regardèrent comme de nombreuses fois : jugeant cet échange un peu trop délicat pour être honnête, ils éclatèrent finalement de rire en se gratifiant d’une tape virile dans le dos. Après tout, ils étaient des hommes. Des vrais.

□□□□□□□□

Allongé sur le flanc, appuyé sur son coude, Robert regardait son jeune acolyte. Il semblait dormir, les yeux fermés. Espiègle, l’Américain s’agenouilla aux côtés de son ami : plaçant ses paumes sur le torse du benjamin, il s’éclaircit sa voix enrouée par le cigare cubain :
- Jeune homme en état de peine de cœur… Chargez à deux-cents soixante !

Se trahissant par un demi-sourire, Jude joua le jeu et se cambra avant d’ouvrir brutalement les yeux. Robert acheva le jeu avant de reprendre un ton plus sérieux :
- Il est sauvé ! Se réjouit-il, amusé, avant de faire la moue. Ou presque. Ce n’est pas ta première rupture, Jude. Entama l’Américain, un peu maladroitement.
- Je n’avais encore jamais été largué par un colis recommandé avec accusé de réception. Lui répondit le Britannique, confiant un paquet à son comparse de beuverie.

Robert détailla l’objet : un coffret de montre Armani vide assorti d’un petit message : « Merci pour tout. Elle est magnifique mais il vaut mieux en rester là. » Les lèvres de l’Américain articulèrent un qualificatif grossier. Retournant la boîte, il remarqua que le bijou appartenait à une collection exclusivement masculine. Ceci ne l’étonnait pas particulièrement ; il connaissait la plupart des détails de la vie privée de son ami. Cependant, ils n’en avaient jamais parlé ouvertement. Robert préféra ne pas s’engager sur cette voie et fit mine de n’avoir rien lu.

Amicalement, l’Américain abattit sa patte et caressa les boucles blondes de son ami :
- Quelqu’un qui réagit avec aussi peu de classe ne mérite pas quelqu’un comme toi.
Jude ne savait pas comment répondre à ce compliment. Laissant retomber l’ambiance dans quelques minutes de silence, l’Anglais descendit une nouvelle flûte de champagne. Les yeux dans le vague, il s’adressa à son ami d’une voix étrange :
- Tu as de la chance, Downey ! Susan est une femme exceptionnelle, ne la laisse jamais filer. Lui confia-t-il, un sourire triste flottant sur ses lèvres. Je suis toujours… Un peu jaloux, quand je vous vois à deux. Vous rayonnez.
- C’est gentil. Tu sais… C’est un message d’espoir, en quelque sorte. Il y a dix ans, je n’aurai jamais osé penser que je puisse être heureux à ce point, un jour. Si une ruine comme moi a pu trouver le bonheur, il n’y a pas de raison pour que tu ne connaisses pas la même chance. Sois patient.

Jude tourna timidement son visage, dévisageant presque son ami ; il avait toujours apprécié quand Robert s’ouvrait à lui, se laissant aller aux confessions sur ce passé sombre et difficile. Il y avait toujours quelque chose de fascinant ses yeux et c’était précisément ce que Jude cherchait à voir en ce moment même. Le regard confus, un voile venait ternir les yeux d’habitude si pétillants. Dans ce caractère affirmé et dominant, il y avait une faille, une cassure qui n’apparaissait que lorsqu’il évoquait ces souvenirs tapis au fond de lui, prêt à lui infliger une morsure de rappel : la descente aux Enfers pouvait s’amorcer bien plus vite qu’on ne le pense. Si ce jour, il était un acteur convoité et un homme comblé, il pouvait tout aussi bien redevenir moins que rien dès le lendemain. Heureusement pour lui, la vie lui avait offert un garde-fou : Susan veillait de près.

- I want love¹. Entonna Jude pour le sortir de sa torpeur, parodiant le clip dans lequel apparaissait son ami. Je pensais vraiment que c’était le bon.

Robert sourit, songeant au fait que Jude avait enfin lâché le morceau quant au sexe de cette nouvelle ancienne conquête. Jude interpréta ce rictus d’un bien mauvais angle :
- Oui, un homme ! On est tout à fait capable de bâtir un couple sérieux et homo. Mais évidemment, à tes yeux d’Amerloque primaire, tu- Enfin, t’es un modèle, on l’sait bien ! Un fils unique parfait, une femme parfaite, mais-

Renversant une grande partie du champagne sur les draps, Jude s’agita brusquement. Robert lui attrapa le bras violemment. Le visage dur, il l’intima de se calmer pour de bon :
- Tu arrêtes tout de suite. Premièrement, je me fiche royalement de la personne avec laquelle tu couches, deuxièmement, je n’osais pas te le demander, voilà pourquoi je souriais ! Et enfin, je ne suis pas spécialement le gars que tu dépeins. Ce n’est pas si simple de vivre avec un passé comme le mien ! Tu as une idée de la méfiance de la famille de Susie envers moi ? Des trucs qu’a entendu ou appris mon môme ? Indio ne me pardonnera jamais certaines choses, mais je dois faire avec !

Jude se mordit la lèvre jusqu’au sang. Il s’en voulait de s’être emporté ainsi :
- Je ne voulais pas dire cela. Confessa-t-il, affreusement honteux. Je partirais volontiers mais… A moins qu’on ne fasse un échange de chambre pour la nuit, ce serait dur de quitter ma propre suite.
Cette remarque détendit légèrement l’atmosphère électrique :
- Comment as-tu pu croire, un instant, que je pouvais me moquer de toi ? J’apprécie tout particulièrement le coup de « l’Amerloque primaire » … Si j’avais un problème avec tes préférences, je ne serais pas venu te rejoindre dans ta chambre. J’ai vécu certaines expériences qui m’appellent à être très tolérant. Une amitié va au-delà de ce genre de choses. On est bien d’accord ?

Grondé à la manière d’un enfant, le jeune homme baissa la tête. Doucement mais sûrement, quelques larmes vinrent s’écraser sur les draps. Robert soupira, regrettant le ton dur qu’il avait employé. Dépité, il l’attira à lui et le prit bien maladroitement dans les bras :
- On oublie. On est un peu fatigué, un peu énervé peut-être… Triste, aussi.

Plutôt que de se relever, Jude s’enfouit un peu plus loin dans le creux de l’épaule de son ami. Nullement gêné, Robert caressa le dos du Britannique pour calmer les sanglots. Inconsciemment, sa main glissa dans les cheveux blonds tout en se balançant doucement, comme pour se bercer. Une odeur de parfum Dior vint l’emporter dans des rêveries. Depuis quelques secondes, il y avait une complicité étrange qui s’était formée. Logé dans les bras l’un de l’autre, aucun des deux ne semblait vouloir bouger.

Robert connaissait les bienfaits d’un couple stable, d’une vie de famille équilibrée ; il regrettait amèrement que son ami ne puisse profiter de cette vie idyllique. L’Américain avouait être fier de son mariage, de sa vie de famille. Cependant, quelque chose lui manquait. Depuis six ans, sa vie prenait une tournure exemplaire, lisse et sans écarts. Sans vouloir renouer avec ses tords, il ressentait le besoin de sortir du rang, de redevenir l’homme imprévisible qu’il était. Ne plus être un modèle mais un homme, avec ses faiblesses, ses failles et ses erreurs.
Discrètement, Robert déposa un baiser chaste sur la tempe de son ami. L’Américain fut incapable de réfléchir avec sa tête cette nuit-là. Il préféra écouter son cœur, celui qui lui avait dicté des choix parfois passionnés. Après tout, il avait toujours fini par s’en sortir, d’une façon ou d’une autre.
Réconforté, Jude écarta son visage pour le remercier, les yeux dans les yeux :
- Merci Robert, pour tout. T’es vraiment un ange.
Approchant son visage de celui de l’Anglais, il fondit ses lèvres sur celles de son ami. Cueillant ce baiser dans une tendresse éblouissante, l’aîné ne vit jamais les yeux stupéfaits de Jude qui, bientôt, se fermèrent de ravissement.

Robert était avant tout un homme. Peut-être, avait-il été coulé de force dans ce modèle d’ « ange ». Mais celui-ci n’avait qu’une seule volonté : s’écorcher les ailes et trébucher de son ciel azur vers ce lit. Quitte à tomber un jour ou l’autre, il préférait que la chute soit belle. Collé contre ce corps encore inconnu, la nuit lui promettait des péchés tendres ; cette vie de mortel lui suffisait, le ciel pouvait bien l’attendre.

□□□□□□□□

¹ "I want love" est une chanson d'Elton John. Robert Downey Jr apparaît dans le clip mais n'y chante pas.

J'espère que cette lecture vous a plu. J'ai hâte de recommencer à écrire du RPS.
J'avais une petite idée en tête, sur notre couple préféré, mais aussi avec la participation de deux invités... Nous verrons si cela se concrétise. :lol:

En attendant, merci pour votre lecture ! :heart:

_________________
Kami 2.0 || «Il ne faut jamais faire de littérature, il faut écrire et ce n'est pas pareil.» C. Bobin

Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Cracks & Failures. RDJ/Jude Law. G (OS)
MessagePosté: 23 Avr 2010 12:58 
Hors ligne
Slash ou non, telle est la question...
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Aoû 2009 22:54
Messages: 914
Localisation: Blottie contre mon petit chat David Desrosiers
:bravo: :bravo:
J'aiiiiiiiiime !! (je sais c'est pas très original j'écris toujours la même chose...)
Hate de voir ta prochaine fic ! :D

_________________
Spoiler: Montrer
Image Image Image

Letocest ♥

Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Cracks & Failures. RDJ/Jude Law. G (OS)
MessagePosté: 23 Avr 2010 14:15 
Hors ligne
Pas encore atteint(e)... mais presque
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 07 Juin 2009 19:41
Messages: 1257
Localisation: Dårlig Ulv Stranden
Peu importe que ce soit toujours les mêmes mots, l'important c'est de les écrire ! :)
Et ils me font toujours aussi plaisir ! :D
Merci ! :heart:

_________________
Kami 2.0 || «Il ne faut jamais faire de littérature, il faut écrire et ce n'est pas pareil.» C. Bobin

Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Cracks & Failures. RDJ/Jude Law. G (OS)
MessagePosté: 23 Avr 2010 15:16 
Hors ligne
Dieu du slash ! Prosternez-vous !
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 06 Mai 2006 18:50
Messages: 14711
Localisation: Toulouse
Très très sympa ! J'aurais bien aimé lire le lemon ^^

Dis la photo de RDJ c'est la 2ème que je vois d'une série de ce genre, il y a toute une séance photo ? T'aurais pas un lien pour la voir en entier par hasard ? :D

_________________
Image Image
Image Image
Co-fondatrice de l'Alliance des Sadiques
La torture des pouffes c'est bien, celle des doudous c'est encore meilleur !

ALEPICFICS, forum uniquement consacré aux picfics


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Cracks & Failures. RDJ/Jude Law. G (OS)
MessagePosté: 23 Avr 2010 15:29 
Hors ligne
Pas encore atteint(e)... mais presque
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 07 Juin 2009 19:41
Messages: 1257
Localisation: Dårlig Ulv Stranden
Merci beaucoup ! Pour le lemon, j'ai l'impression d'en avoir trop écrit ces quelques jours ! :lol:

Pour la photo, il y a bien eu une séance photo mais il y a longtemps. Les photos que l'on voit sont d'ailleurs des scanns, je pense ! J'aurai bien aimé t'aider mais je n'ai jamais trouvé la session complète. Essaies Photobucket. ;)

_________________
Kami 2.0 || «Il ne faut jamais faire de littérature, il faut écrire et ce n'est pas pareil.» C. Bobin

Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Cracks & Failures. RDJ/Jude Law. G (OS)
MessagePosté: 23 Avr 2010 15:49 
Hors ligne
Dieu du slash ! Prosternez-vous !
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 06 Mai 2006 18:50
Messages: 14711
Localisation: Toulouse
Ok merci ! :D

_________________
Image Image
Image Image
Co-fondatrice de l'Alliance des Sadiques
La torture des pouffes c'est bien, celle des doudous c'est encore meilleur !

ALEPICFICS, forum uniquement consacré aux picfics


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Cracks & Failures. RDJ/Jude Law. G (OS)
MessagePosté: 23 Avr 2010 17:49 
Hors ligne
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 17 Jan 2004 13:57
Messages: 11276
Localisation: ♫ J'ai longtemps cherché un paradis sur Terre... ♫
Très belle fic, bravo. J'aime toujours quand on sent la fragilité d'un homme dans une fic, et là, on sent bien celle de chacun. :bravo: :bravo: :bravo: :bravo:

Pour la photo, j'ai trouvé ça : http://downey.cz/gallery/thumbnails.php?album=268
Y'a pas mal de photoshoot sympa sur ce site.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Cracks & Failures. RDJ/Jude Law. G (OS)
MessagePosté: 23 Avr 2010 19:32 
Hors ligne
Mais euh... kesk'ils font ces deux-là ?
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 11 Déc 2006 19:32
Messages: 392
Localisation: Perdue
Un très bel OS !! :bravo: :bravo: Je suis toujours aussi fan de ces deux-là.


Citation:
Quitte à tomber un jour ou l’autre, il préférait que la chute soit belle. Collé contre ce corps encore inconnu, la nuit lui promettait des péchés tendres ; cette vie de mortel lui suffisait, le ciel pouvait bien l’attendre.


J'ai trouvé cette phrase magnifique, parfaite pour clore l'histoire.

_________________
On voudrait revenir à la page où l'on aime
Et la page où l'on meurt est déjà sous nos doigts.


ImageImage

"La jeunesse n'est pas une période de la vie, elle est un état d'esprit"


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Cracks & Failures. RDJ/Jude Law. G (OS)
MessagePosté: 23 Avr 2010 19:58 
Hors ligne
Ouh là... ça commence à devenir grave !
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Juil 2004 12:43
Messages: 2767
Localisation: Entre Shannon et Misha !
J'aime beaucoup !! Tres triste mais tres tendre également !

Bravo !!

Bisous

_________________
Tatu, Grande Prêtresse du Culte Shannonien (En charge des Divisions "Chaussettes Loufoques" et "Bandeau Vert-Fluo")
[Starbucks Division] Shannon est le Grand Maître du Piou-Piou !! Prosternons-nous ! Aoooom ! Aoooom ! Aoooom !

Image Image Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Cracks & Failures. RDJ/Jude Law. G (OS)
MessagePosté: 23 Avr 2010 22:34 
Hors ligne
Pas encore atteint(e)... mais presque
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 07 Mar 2007 20:31
Messages: 1912
J'ai beaucoup aimé! La fin est superbe! :D


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Cracks & Failures. RDJ/Jude Law. G (OS)
MessagePosté: 24 Avr 2010 07:45 
Hors ligne
Pas encore atteint(e)... mais presque
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 07 Juin 2009 19:41
Messages: 1257
Localisation: Dårlig Ulv Stranden
cybelia Merci pour ta review ! Entièrement d'accord pour la fragilité des hommes, avec RDJ il y a
de la matière... Peut-être pour ça que j'adhère autant ! :D

Aliyela Merci beaucoup.
Heureuse que tu aies trouvé la phrase magnifique, je l'aimais bien aussi. :oops:

tatunette Merci beaucoup pour ton commentaire ! C'est toujours un peu triste avec moi. :roll:

crazynuts Merci pour ta review ! :D

_________________
Kami 2.0 || «Il ne faut jamais faire de littérature, il faut écrire et ce n'est pas pareil.» C. Bobin

Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Cracks & Failures. RDJ/Jude Law. G (OS)
MessagePosté: 26 Avr 2010 10:48 
Hors ligne
Pas encore atteint(e)... mais presque
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Oct 2006 13:56
Messages: 2418
Localisation: Ile de france
Contente de te retrouver dans le rps :D
Cet OS est très réussi, toujours un peu sombre, mais en même temps y a de l'espoir et de la tendresse.
Très beau :bravo: :bravo:

_________________
"In that last dance of chance
when i know you will not be mine
i will let you go with longing
and the hope that you will be fine"
fool's fate, Robin Hobb.

[Starbucks Division]


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Cracks & Failures. RDJ/Jude Law. G (OS)
MessagePosté: 30 Avr 2010 21:24 
Hors ligne
Le slash, kesako ?
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Avr 2010 21:22
Messages: 30
=D J'aiiiiiiiime ! ♥
Il va y avoir une suite ou pas ? ^^' XD ♥ *o*


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Cracks & Failures. RDJ/Jude Law. G (OS)
MessagePosté: 01 Mai 2010 13:26 
Hors ligne
Pas encore atteint(e)... mais presque
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 07 Juin 2009 19:41
Messages: 1257
Localisation: Dårlig Ulv Stranden
Narcheska Je ne suis jamais bien loin du RPS ! Je compte m'y remettre activement dès que j'aurai fini Echecs&Mat du côté de Sherlock Holmes. :)
Merci en tout cas pour ton commentaire, il me fait toujours aussi plaisir !

Strawberry-fruits Ravissant avatar ! Merci pour ton commentaire !
Non, malheureusement pas de suite pour celui-ci ! ;)
En revanche, j'ai écris Miles Away avec ce même couple dans la catégorie RPS, si le coeur t'en dit, n'hésite pas à la lire !

_________________
Kami 2.0 || «Il ne faut jamais faire de littérature, il faut écrire et ce n'est pas pareil.» C. Bobin

Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Cracks & Failures. RDJ/Jude Law. G (OS)
MessagePosté: 07 Mai 2010 13:54 
Hors ligne
Ouh là... ça commence à devenir grave !
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 06 Mai 2010 12:45
Messages: 3655
Localisation: mon coeur, lui, est toujours à Londres en tout cas
Profitant de mon arrivée sur le forum, j'ai décidé de lire une fic RPS, c'est vrai que c'est rare d'en trouver, et quand j'ai vu la tienne, j'ai pas pu résister. Robert et Jude, que demander de mieux? :bravo:

Franchement, ta fic est vraiment géniale. On sent tellement de tendresse entre eux. Et puis tu respecte bien l'idée que je me fais d'eux.
Perso, j'ai toujours pensé que Jude était un peu gay, alors pas étonné ici que ce soit le cas. Et Rob qui se met à nu, parlant de son passé et de ses conséquences... J'adore le voir aussi sensible, blessé, mais qui assume malgré tout (peut-être parce qu'il a pas le choix...)
:wouah:

Bravo, j'ai vraiment adoré et j'ai bien l'intention d'en lire d'autres.

_________________
Image Image

"When I'm not writing, I'm dying" Neil Diamond

"Reading is one of the joys of life and once you begin, you cannot stop." Benedict Cumberbatch


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 33 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages


Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com