Forum - Le Monde du Slash

Un espace de discussion pour les adeptes du slash sous toutes ses formes

Attention ! Les personnages utilisés dans nos fanfictions ne nous appartiennent pas, ils sont la propriété de leurs auteurs respectifs. De plus, nous ne connaissons pas les personnages réellement existants et nous n'avons aucune prétention à raconter leur vie privée : c'est de la pure fiction, rien de ceci ne doit être considéré comme vrai ! Enfin, qu'il soit bien clair qu'aucune fanfiction n'est publiée dans un but lucratif, nous n'en tirons aucun profit.


Les dernières news du Monde du Slash !

24/07/2017 : Suite à un changement de politique du site Photobucket (il faut maintenant avoir un compte payant pour afficher les images hébergées sur d'autres sites), certaines images du forum risquent de ne pas fonctionner.
Si vous en voyez une, merci de m'envoyer un MP avec le lien vers le sujet concerné ou le titre du sujet.
Cybelia.


Nous sommes le 23 Sep 2017 22:37

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 4 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: [Finie] OS - Et après ? [Rafa X Roger ] - PG
MessagePosté: 17 Juin 2017 19:07 
Hors ligne
Slash ou non, telle est la question...
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 15 Aoû 2010 11:03
Messages: 562
Localisation: Bordeaux
Un retour aux vieux pots qui font les meilleures soupes pour saluer le retour au premier rang de Roger et Rafa avec leurs deux grands chelems. Inspiré d'une fic anglaise.


Et après ?

Finale de l'Open d'Australie 2017
Pov Roger

Je soulève le trophée qui sacre mon dix-huitième titre en majeur et ce faisant, je ne peux m'empêcher de lancer un regard vers lui, légèrement en retrait. L'espace d'une seconde, je capte quelque chose dans ses yeux, comme une lueur familière, une complicité rodée par le temps que personne ne peut voir à part moi. Un lien fragile.

Soudain, le trophée me paraît plus lourd. Je sais très bien pourquoi... Les souvenirs affluent. Je me souviens. De son sourire, la toute première fois qu'il m'a tenu tête sur un terrain, de l'amitié naissante et de l'évidence immédiate d'un lien insaisissable entre lui et moi. De ce désir incontrôlable que j'ai senti grandir en moi toutes ses années. De la certitude que tout ce que je ressentais en mon sein était réciproque. Et du sacrifice qu'imposaient nos choix, nos carrières.

Nous n'en avons jamais parlé. Excepté ce jour-là. Il y a si longtemps. Huit ans presque jour pour jour. A l'issue de ce même tournois alors que c'est lui qui soulevait la coupe que je tiens aujourd'hui à bout de bras. S'en souvient-il seulement ?

2009...Dans la moiteur de Melbourne, mes rêves de grandeur alors ébranlés par son récent sacre... il avait trouvé cet instant pour s'approcher de moi et juste glisser sa main dans la mienne, sans un mot. C'était un geste d'une incroyable intimité et je me souviens encore de la chaleur de sa main, du contact léger de ses doigts dans les miens, de l'électricité de chaque imperceptible mouvement de ses doigts. Quelque chose de subtile qui n'avait rien à voir avec nos poignées de mains fermes au-dessus du filet ou au hasard d'une rencontre dans le vestiaire. Et perdu dans cette sensation, j'avais tardé à m'apercevoir qu'il avait parlé.

- Roger...

C'était juste un souffle, une intonation différente et il n'y avait besoin de rien d'autre pour que je comprenne tout ce qui était caché dans ce simple mot. J'ai ressenti tout ce qu'il ne disait pas. Son désir. Mon envie de l'embrasser, l'envie qu'il avait de l'être et j'ai deviné le déferlement de chaleur qui se déverserait dans mes veines si je cédais à cette tentation. Alors j'ai répondu du bout des lèvres...

- Si je fais ça, Rafa, je ne pourrai pas faire marche arrière, tu comprends, je ne pourrais pas le faire à moitié, est-ce que c'est ce que tu veux ?...

J'ai attendu le cœur battant une réponse qui n'est pas venue. J'ai capté une lueur plus intense dans son regard, j'ai senti une pression légère de ses doigts.

- Et... après ?

[i]Après
? Cela voulait dire lorsque nos carrières seraient derrière nous, plus tard, bien plus tard... du moins je le comprenais comme ça. Comme une promesse fragile qui parlait de futur. J'ai acquiescé et je me suis extrait de son attraction, de sa chaleur, de l'appel de son corps et de son cœur et j'ai tourné les talons. Dieu que ce fut difficile tant j'avais touché de près à ce que mon âme réclamait. Dieu que les pas qui m'éloignaient de lui me coûtèrent ce soir-là...[/i]

Et huit ans ont passé.

Le désir est toujours là, l'amour aussi. Construits dans le manque et dans la distance. Tapis dans chacun de mes actes, chacune de mes pensées. J'ai juste appris à vivre avec, comme quelque chose de familier auquel se raccrocher. Il y eut entre nous bien des regards, des frôlements, des échanges et puis... Et puis il est devenu de plus en plus sauvage à mesure que ma vie de famille s'affichait au grand jour. Et moi, je devenais jaloux de tous ceux que j'imaginais dans ses bras. Le silence et l'incertitude me faisaient douter des quelques mots échangés à Melbourne, cette année là... Je ne savais plus à quoi me fier.

Huit ans étaient passés.

Et je suis là, mon dix-huitième grand chelem au bout des bras bien décidé à ne pas raccrocher ma raquette. Et il est clair que lui aussi est bien loin de la retraite... Alors que je lève cette coupe, je comprends seulement que cet "après" auquel je m'étais raccroché toutes ces années ne viendra peut-être jamais, ou bien trop tard...
Huit ans. Et la joie de ma victoire se mêle à la honte. Ce que j'ai fait à Rafa. Et ce que je ne lui ai pas fait. Cette liberté que je ne lui ai jamais rendu. Pour un mot seulement. Après ?

- En aviez-vous assez de l'attendre, Roger ? demande le journaliste.

Je sursaute, ne comprenant que difficilement qu'il ne me parle pas de Rafa mais du titre que je viens de conquérir. Je bredouille une banalité et cherche son regard à nouveau. Où en es-tu Rafa ? Est-ce que je t'ai perdu ? Est-ce que je n'ai pas compris ce que tu me disais ? T'en souviens-tu seulement ?

Huit années. Dans les bras rassurants de Mirka, à ne jamais cesser de penser à cette absence. A sa main dans la mienne, à sa chaleur et à tout ce que j'ai refusé ce jour-là.

Il semble prêt à partir. La défaite et la fatigue sont présentes dans ses yeux. Et plus encore. Une sorte de résignation. Je l'attrape par le poignet au moment où il quitte les lieux, oubliant le monde autour. Ce simple contact me rappelle plein de souvenirs ancrés dans mon cœur, son accolade à ma propre défaite et sa main dans la mienne le soir venu... Il me regarde, un instant surpris par ce geste. Il essaie de lire dans mes yeux ce qu'il s'y cache et ses prunelles s'obscurcissent d'une lueur métallique, je l'entends chuchoter :

- Est-ce bien sérieux ?

Il s'échappe et quitte la foule. Je reste interdit un instant. Je peux encore sentir son parfum tellement il était près de moi. Je l'aime. Hier, comme aujourd'hui. Et aujourd'hui, justement, dans l'air moite de l'Australie, j'en ai assez d'attendre.

Je lui envoie un bref message sur mon téléphone. Le numéro de ma chambre, comme nous avons toujours eu coutume de le faire. Juste pour savoir. Pour visualiser un peu plus la vie de l'autre. Mais ce soir-là, il a bien compris qu'il y a quelque chose de différent car une heure plus tard, il est bien là, à ma porte, un peu gêné, un peu gauche et hésitant.

- Tu te souviens de cette soirée-là à Melbourne ?

Je ne la nomme pas mais je veux être sûr qu'il sait pourquoi il est là. Il hoche la tête.

- Je ne veux plus attendre.

Il semble perdu, affichant son habituel air soucieux, les sourcils froncés... Je panique à l'idée qu'il ne se souvienne pas de cet échange si bref qui a sellé nos destins... ou du moins le mien, de cette promesse qui m'a portée toutes ces années. Pendant huit ans. Un lien tellement ténu qu'il me semble à présent possible qu'il ne soit que le fruit de mon interprétation.

- Tu es sûr ? demande-t-il enfin, roulant légèrement le "r" de son accent ibérique.
- Je t'aime. Et je t'ai bien trop attendu.

Son visage s'irradie soudain et je retrouve aussitôt la faculté de respirer. Il me sourit avec sa simplicité de gamin. II franchit la distance qui nous sépare et m'embrasse sans poser de questions. Je me laisse happer par la douceur de ses lèvres, violemment rappelé au souvenir de sa chaleur huit ans auparavant et j'ai le vertige tellement la sensation de le retrouver, de le toucher enfin, comble en une seconde le manque qui m'accompagne depuis tout ce temps. Tout ce que je réprimais explose dans ma poitrine et je m'accroche à lui comme si je craignais qu'il disparaisse. Ses bras m'encerclent avec force et je ressens toute la puissance de ce guerrier vaillant qui n'a rien de la délicatesse d'une femme. Le désir de lui me submerge, irrigue tout mon corps et nous devenons brasier.

Huit ans après une promesse à peine formulée, je trouve enfin ma place. Je suis prêt à affronter le monde, le plus beau de mes trophées entre mes bras et je ne laisserai personne d'autre prétendre à ce titre.

FIN

_________________
* On peut résister à tout, sauf à la tentation. Oscar Wilde *


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: OS - Et après ? [Rafa X Roger ] - PG
MessagePosté: 18 Juin 2017 17:24 
Hors ligne
Le slash, kesako ?

Inscription: 07 Juin 2012 20:39
Messages: 95
Contente de te lire à nouveau Mimey :D. Toujours aussi bon et subtil même si c'est court ;-) !


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: OS - Et après ? [Rafa X Roger ] - PG
MessagePosté: 18 Juin 2017 17:45 
Hors ligne
Slash ou non, telle est la question...
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 15 Aoû 2010 11:03
Messages: 562
Localisation: Bordeaux
Merci mom, contente aussi de te retrouver. J'en ai une longue que je vais remettre au goût du jour ;)

_________________
* On peut résister à tout, sauf à la tentation. Oscar Wilde *


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: OS - Et après ? [Rafa X Roger ] - PG
MessagePosté: 08 Juil 2017 17:54 
Hors ligne
Le slash, kesako ?
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 03 Juin 2017 12:10
Messages: 29
C'est court, mais c'est bon ! (Comme quoi la longueur ... enfin bref :ange: )
En quelques lignes, quelques mots savamment choisis et ciselés, on sent la tension , le manque, la frustration nés d'un bref moment d'intimité jusqu'au trop plein de sentiments et d'envie et enfin le passage à l'acte. Même si ce pairing me laisse toujours aussi dubitative, là tu as su m'y faire croire , bravo :bravo:


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 4 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 4 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages


Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com